La robe Sandy

Laissez moi vous conter l’histoire de cette robe, imaginée au coeur de l’hiver…et née dans une canicule estivale.


Tout a démarré le 31 décembre dernier : nous passions la soirée en famille, devant Grease, en attendant les 12 coups de minuit. Et lors du passage du bal, j’aperçus une figurante avec une robe à bretelles, boutonnée sur tout le devant. Entre 2 coupes de champagne, j’attrapa mon agenda et griffonna rapidement un croquis…ajoutant l’idée à ma to-do list de cet été…longue comme un jour sans pain.


(Ce n’est pas le croquis griffonné le jour du réveillon. Pompette au champagne mon trait n’est pas si net ! 😀 )

Après la robe Béatrice, je voulais vraiment me lancer dans un projet facile. J’ai alors pensé à ce projet…oubliant qu’en zone de confort, je suis souvent moins attentive aux éventuelles bévues.


Concernant le patronnage, il me suffisait de partir du corsage de la robe Whitney , de scinder le corsage devant en deux et de créer un boutonnage. Pour la jupe, celle de la robe Sandrine serait parfaite.


Concernant les finitions, je me suis dit qu’une parementure serait encore la meilleure option. Toutes les coutures seraient à l’anglaise, sauf celles des découpes princesse du devant : comme elles sont assez courbes, le crantage est nécessaire. J’ai alors volontairement tracé une parementure qui engloberait ces deux coutures. Ni vu ni connu : ainsi cachées, je n’aurais pas à m’embêter avec leur finition.


Et parce que je ne sais pas résister aux fleurs…je me suis offert ce biais de la Droguerie. Certes leurs biais sont onéreux, mais tellement souples.


Sauf qu’hélas…je me suis fourvoyée sur la question de l’entoilage. Je pensais naïvement qu’il n’était pas nécessaire de stabiliser mon encolure, ni de thermocoller l’emplacement de mes boutonnières, puisque ma parementure était entoilée. Mais c’était oublier qu’un tissu extérieur a sa propre vie, en dehors de sa parementure…et que l’encolure, croyez-moi, n’a pas attendu mon autorisation pour se détendre.


Vous la voyez la cata ? Vue plongeante sur mes boobs, garantie et sans trucage. Il fallait donc trouver une solution. J’ai d’abord réduit la longueur des bretelles, mais cela ne changeait rien au problème. J’ai alors pensé à l’astuce de la laminette (racontée par ici) : cela marchait du tonnerre, en effet…mais cela fronçait le haut de mon corsage, et je trouvais cela vraiment moche. Je vous avoue qu’à ce moment précis, l’appel de la poubelle fut très fort.


Et puis je me suis dit…et si je réduisais d’1 cm le haut de la découpe princesse, tout en décalant un peu ma bretelle…cela marcherait-il ?


Et ça a marché !


Notez que maintenant, c’est la découpe princesse qui fronçouille un peu, mais franchement, je préfère ça plutôt qu’une robe en mode « open-bar ». 😀


Que vous dire de plus sur cette petite robe ? Elle est réalisée avec le reste du chambray des Coupons Saint Pierre, utilisé pour le costume de Juliette. (et j’ai réussi à couper une chemise pour Paul dans les ultimes chutes ! ❤ ) Les boutons sont en olivier et proviennent de la Droguerie.





(Fait chaud chez vous aussi ?)

Verdict : en étant totalement honnête avec vous, réduire la longueur des bretelles n’a pas été mon idée la plus brillante. La robe est trop haute sous les aisselles et ça n’est pas des plus agréables. Visuellement, la ligne de taille étant trop haute, cela n’est pas non plus ultra flatteur. Et mon choix de finition n’est pas judicieux : avec du recul, il aurait mieux valu opter pour une doublure sur le corsage et une parementure pour le boutonnage de la jupe. MAIS, je trouve tout de même cette robe ultra mignonne. Avec un peu de chance il me reste de quoi recouper des bretelles dans mes micro chutes ? Je vais aller fouiller ça et je vous tiens au courant. 😉


Je vous souhaite une belle semaine, pour nous elle a une saveur particulière : nous partons samedi pour 2 semaines en Dordogne, et nous avons tellement hâte ! Les jours qui précèdent les départs sont souvent les plus délicieux vous ne trouvez pas ? Courage à ceux qui rentrent, courage à ceux qui ne sont pas partis, et bonnes vacances aux chanceux qui décollent bientôt ! Et prenez bien soin de vous. 😉

Edit : j’ai jeté mes micro-chutes…alors avant de creuser mes emmanchures, si jamais quelqu’un par ici a une petite chute de chambray des Coupons Saint Pierre (33cms sur 6cms serait parfait), cela me sauverait la vie ! Merci infiniment à tous !

Edit 2 : (vous avez vu un peu, le suspens que je vous sers ? SCENARISTES DE « DEMAIN VOUS APPARTIENT’ PRENEZ EN DE LA GRAINE ! 😀 😀 ) Bon plus sérieusement, Anouchks qui a commenté ci dessous m’a servi la solution sur un plateau : utiliser du biais ! Et en effet, j’avais oublié mon achat d’un biais de l’exacte teinte de mon chambray. J’ai pu en couper deux morceaux, les fermer en les surpiquant et les coudre en lieu et place des anciennes bretelles ! Et Sandy est sauvée ! Encore merci pour votre aide, et merci à Gaelle et Gaelle pour vos propositions de tissu. Vous êtes des perles les filles !

La robe Béatrice

Ah j’en ai eu des projets boulets. Mais alors celui-ci…c’est un CHAMPION DU MONDE ! (Coupe du monde, le foot, tout ça…vous l’avez ? 😀 )

DSC_4619
J’ai toujours rêvé d’une belle tea-dress : une poitrine mise en valeur par un décolleté, une taille cintrée par des empiècements, et une jupe dansante. J’avais bien repéré depuis longtemps celle de Sew Over It, mais je ne sais pas, quelque chose me gênait dans ce modèle. Et puis je savais qu’un bon fit allait demander une foule de modifications : pourquoi ne pas la patronner moi-même ? Et c’est pile à ce moment là que Lilicroche (de son petit nom Béatrice) m’envoie cette photo sur Instagram :

IMG_5502
Photo extraite du compte Instagram de Caroline Strothe, une photographe allemande. Elle était là la tea dress de mes rêves ! Et j’ai compris avec ce modèle ce qui me gênait dans le patron de Sew Over It, ou encore celui de Colette : les fronces du décolleté ! L’aisance pour la poitrine est ici pensée à partir de plis, et le résultat est si raffiné, si féminin. J’ai donc choisi ce projet, lors de la reprise du modélisme en septembre…pensant, naïvement, le porter à Noel. (ah ah ah. 😀 )

DSC_4643
En premier lieu, il a fallu réfléchir aux plis : combien ? Quelle profondeur ? Le bas du corsage : en un seul tenant avec des pinces ? Des empiècements ? Et quand tous ces points furent actés…est venu le temps des toiles. (non, pas le temps des cathédrales. 😀 )(Vous croyez que je vous entends pas, derrière le clavier ?! 😀 )

DSC_4613
Je ne sais pas combien de toiles nous avons pu étudier, ma prof et moi. Comme elle me l’a judicieusement rétorqué, ce projet tenait davantage de la bonneterie. L’avantage de toutes ces toiles, c’est qu’elles m’ont réconcilié avec ces plis. Si les premiers furent une plaie à former, ils ont fini par être agréables à travailler. Si si !

DSC_4661
Et c’est fin février que nous avons modifié une dernière fois le patron, ne sachant pas que ce cours partagé serait le dernier…ayant trouvé mon travail actuel très rapidement. A grand regret j’ai donc du quitter mon cours de modélisme, croisant les doigts pour que cette ébauche ci soit la bonne. Seule avec mon crayon et mon perroquet, j’avais peu d’espoir sur l’avenir de cette robe.

DSC_4702
Au final l’ultime toile n’a pas nécessité de trop grandes modifications. J’ai donc pu démarrer ma version finale, en choisissant de doubler totalement mon corsage, faisant fi des recommandations de ma prof, qui m’avait plutôt conseillé de simplement coudre une parementure. (Et qui se demandait quand même d’où me provenait cette obsession de doubler absolument tout.)(La flemme de faire des coutures propres ? 😀 )

DSC_4697
Pour éviter d’avoir trop d’épaisseurs au niveau de l’empiècement de la poitrine, j’ai fait une empreinte de la pièce, les plis fermés. J’ai donc monté le tout, et le dernier fil coupé, nous avons pris quelques photos…et j’ai pu constaté l’ampleur des dégâts.


La doublure étant coupée dans un mélange coton-soie sans élasticité, la pièce où étaient censés se loger mes nibards ne comportant aucun pli pour les caser…mes seins étaient écrasés, le corsage était tout plein de plis, c’était horrible. (Je vous aurais bien posté une photo, mais mon mari les a toutes supprimées.)

DSC_4721
N’importe qui de censé aurait viré la doublure, et se serait contenté de la parementure…mais comme je suis têtue comme une mule, j’ai eu l’idée de conserver mes pièces de poitrine sans les plis…mais dans une matière extensible. Ainsi mes nénés ont plus de place ! 😀

DSC_4722
Et pourtant, à l’essayage, ça n’allait toujours pas. Mes empiècements sous la poitrine présentaient toujours des plis hyper moches. Alors j’ai décousu, recousu avec quelques millimètres de moins, une fois, deux fois, dix fois, jusqu’à ce que le résultat me convienne. Au final, il y a toujours de légers plis, mais j’en ai pris mon parti. J’ai compris qu’ils sont inévitables avec du chaine et trame. Si l’on souhaite vraiment une corsage cintré sans pli, le jersey et l’aisance négative sont là pour ça ! 😀

DSC_4693
Le corsage étant très travaillé, j’ai choisi de lui associer ma jupe en forme, d’une ligne assez simple. Voyez les petites fronces à la taille : c’est parce que mon corsage est trop juste de 2 cms. J’ai réussi à tirer dessus pour qu’il colle à ma jupe, mais le résultat n’est pas très joli, et j’y suis pas mal engoncée. Disons que ce n’est pas la robe que je porterai pour un rock endiablé. 😀

DSC_4623
DSC_4625
Concernant les finitions, la robe est terminée par une fermeture invisible, et toutes les coutures visibles sont finies à l’anglaise.

DSC_4724
Et pour la couture du dos, j’ai opté pour des coutures gansées. C’est pas mal, mais cela crée quand même une sacrée épaisseur, pas très pratique sur la fin de la fermeture. Pour la prochaine je crois que je vais tenter d’ourler les bords. Je vous raconterai. (Indiana Emilie, à la recherche de la plus jolie finition pour une couture de fermeture invisible)(On a les aventures que l’on mérite j’ai envie de vous dire. 😀 )

DSC_4649
Concernant le tissu, je voulais forcément une belle qualité, vu le temps passé sur ce projet. Je me suis donc offert une belle popeline de chez Stragier : celle-ci, en bleu paon. Si à la réception, j’ai été déçue de sa couleur, tirant plus sur du turquoise foncé, qu’un bleu paon, il faut dire que la qualité de la popeline est magnifique. Elle est parfaite sur les plis, mais un peu raide pour le tombé de ma jupe, qui m’est plus flatteuse avec du satin de coton, plus souple.

DSC_4615
Verdict : écoutez, j’ai souffert, mais je suis contente d’avoir relevé le défi. Cette robe n’est pas aussi confortable que je l’aurai souhaitée, elle n’est pas parfaitement réalisée, elle a des défauts, mais…elle a vu le jour. Et vu la difficulté du projet, le peu de temps et d’énergie que j’avais à lui consacrer, tout ceci noyé dans une motivation couturesque assez faible…c’est quasi un exploit. 😀 Je la retenterai, sans doute cet hiver, en repensant peut-être ma doublure. Mais maintenant, place à des projets plus estivaux !

DSC_4680
Je vous souhaite un bon week-end, prenez soin de vous !

Mon Alice aux pays des merveilles, Carnaval 2018

Attention, je vous préviens, billet fleuve ! Je suis tombée amoureuse d’une Alice aux Pays des Merveilles, et il sera difficile de tarir mes éloges à son sujet. ❤

DSC_4237
Juliette. Ah Juliette. Il faut savoir que cette petite adore me faire tourner en bourrique. Et le carnaval est sans doute son prétexte préféré pour me rendre chèvre. Chaque année, elle choisit un costume le lendemain même du carnaval, pour l’année suivante. Elle me parle de son idée pendant 11 mois et demi…et change A CHAQUE FOIS de costume dix jours avant le jour j. Chaque. Fichue. Année. Et évidemment, 2018 n’a pas failli à la règle.

DSC_4252
Pendant 11 mois donc, elle m’a parlé de la robe de bal de Belle, dans la Belle et la Bête. Et c’est au moment de commander les tissus qu’elle me sort, le plus naturellement du monde : « non mais, je ne sais plus. J’hésite entre la Belle au Bois Dormant et Belle de la Belle et la Bête. Ou autre chose ? Tu en penses quoi Maman ? J’ai le temps de réfléchir ? »


(C’est ça ma chérie, REFLECHIS. ^^)

BREF, c’est en googlisant des costumes avec son père que BAM, le coup de foudre : « Maman, je veux être en Alice ! Tu peux me le faire s’il te plait ? »

DSC_4277
Vous savez résister, vous, à une bonne pareille ??? Moi pas. ❤

J’ai donc entrepris d’étudier un peu le sujet, et j’ai dessiné un petit croquis, en me basant sur Alice du dessin animé de Disney.

multik_70

IMG_6999
Pour la robe ce serait facile : il suffisait de lui coudre une Tinny Dress de Straight Grain, en chambray. Le plus compliqué allait être le tablier : n’ayant aucun patron qui collait exactement au tablier du dessin animé, j’ai entrepris de le dessiner moi-même.

DSC_4240
DSC_4241
En fouillant dans le stock, je suis tombée sur ce coupon de coton blanc, trouvé sans doute chez Mr. Albert il y a longtemps. Et comme d’habitude, j’ai coupé dans mon tissu sans faire une toile au préalable : le résultat était beaucoup trop large, trop imposant au niveau des épaules. J’ai réduit drastiquement la largeur de la pièce dos, et l’ensemble fut plus harmonieux.

DSC_4248
DSC_4243
Le haut du tablier est doublé avec du satin de polyester (selon la fameuse méthode dite de la cuillère > tuto perfecto par ici), la ceinture doublée avec le coton principal. La pièce du bas est un simple rectangle froncé, terminé par des ourlets double-rentrés.

DSC_4295

DSC_4249

DSC_4245
DSC_4253
« Non mais dites ! » 😀

DSC_4260
Une coquine je vous dis. On passe à la robe ?

DSC_4267
C’est le grand avantage de ce costume : Juliette pourra reporter la robe à loisir. J’ai donc choisi la Tinny Dress, qui avec toutes ses options pouvait parfaitement coller à la robe d’Alice. J’ai opté pour la version corsage basique + col claudine + manches ballon + jupe cercle.

DSC_4278
Ayant remarqué que sa version de Noel lui était  trop ajusté au niveau des épaules, j’ai dessiné la taille 5 ans sur le haut du corsage, qui se cintre sur la taille 4 ans au niveau de la taille, avec une stature en taille 6 ans. Et c’est mieux !

DSC_4274
Et ça tourne aussi, et oui, c’est important. 😀

La robe est réalisée dans un chambray des Coupons Saint Pierre. Le corsage est doublé, et je n’ai pas oublié la couture de propreté au niveau des emmanchures (par ici le tuto bien fait sur le Sew Along de la robe Rue de Colette)(dans le paragraphe « Finish Armhole »).

DSC_4294
Le dos est terminé par une fermeture invisible…

DSC_4287
…le col Claudine est réalisé lui aussi en chambray…

DSC_4285
…et les manches sont ballons, avec le petit détail craquant du pli creux sur l’ourlet.

DSC_4286
DSC_4283
Verdict : vous m’auriez vu quand je lui ai passé l’ensemble pour la première fois, quelques heures avant le carnaval. Je me suis mise à sauter partout, les mains virevoltant dans tous les sens, en criant des « oh là là » et autres « OH LA LA » complètement hystériques. 😀 Elle a peut être mis du temps à faire son choix, mais alors, QUEL CHOIX ! Ce personnage lui va comme un gant, et je suis contente d’avoir su relever le défi. ❤ Et ravie car elle pourra profiter de cette jolie robe pendant quelques temps. 😉

DSC_4239
Je vous souhaite un bon week-end, ici nous partons une semaine en vacances dans les Cévennes, nos traditionnelles vacances de printemps. Elles seront forcément un peu tristes cette année : nous venons de perdre un être cher. Il est difficile de laisser s’envoler les gens que l’on aime n’est-ce pas ? Quoi qu’il en soit, prenez bien soin de vous. Et encore merci pour vos commentaires qui me vont toujours droit au coeur. ❤

Mon Ninja & Mon Mario, Carnaval 2018

Prêt(e)s pour un billet sur le carnaval de mes loulous ? Allez hop, on démarre aujourd’hui avec Tom et Paul ! ❤

DSC_4154
Alors, comme vous pouvez le constater de vous-même (ou pas vous me direz 😀 ) Tom a donc choisi de se déguiser en ninja. Pour se faire, j’ai décidé de mixer vêtements du commerce (qui pourront être réutilisés par la suite) et éléments cousus main.

DSC_4110
Le tee-shirt, le legging ainsi que la cagoule ont été achetés tout prêts. Je me suis contentée de coudre les pièces en rouge : le plastron et les liens pour les chevilles et les poignets.

DSC_4147
Vous reconnaissez le tissu ? Ce sont les chutes de son costume de magicien de l’année dernière ! (La ceinture en fait partie d’ailleurs).

DSC_4127
J’ai dessiné moi-même le plastron, que j’ai coupé dans mes chutes sans faire une toile au préalable…et évidemment, la tête ne passait pas. 😀 Ce polyester étant impossible à découdre sans tirer des fils, j’ai réussi à couper un second plastron dans ce qui me restait de tissu. Les côtés ainsi que les ourlets ne sont de simples doubles-rentrés, et l’encolure est terminée par une parementure.

DSC_4226
DSC_4119
DSC_4120
Verdict : c’est simple, c’est efficace, le tout n’a pas coûté grand chose et Monsieur Tom fut ravi : combo gagnant !

DSC_4151
On passe à Paul ?

DSC_4159
(Ne me dites pas que vous ne craquez pas sur ce sourire, je ne vous croirais pas. ❤)(Moi je craque en tout cas. ❤)

BREF, Monsieur Paul a donc décidé, pour son tout premier carnaval, de se déguiser en Mario Bros. Qui dit Mario dit salopette bleue électrique. Et devinez qui avait les chutes parfaites pour un tel projet ? C’est BIBI ! Et oui, cette salopette a été réalisée dans les chutes de ma robe de Noel ! 😉

DSC_4172
Il me restait pile poil ce qu’il fallait pour ce projet. J’ai cherché un modèle de salopette le plus basique possible, et comme souvent quand il s’agit de patrons simples et efficaces, c’est chez Peek a Boo patterns que j’ai trouvé.

DSC_4170
J’ai opté pour la salopette Okey Dokey Overall, en me simplifiant grandement la tâche : je n’ai pas cousu les poches devant, ni celles du dos, ni celles de côté. Je n’ai pas non plus cousu la fausse braguette, et j’ai surpiqué moins que ce qui était préconisé : en gros, j’ai surpiqué toutes les pièces où cela était nécessaire (la bavette par exemple), mais pas toutes les coutures (comme celles d’assemblage des jambes). L’idée était d’avoir la salopette la plus épurée possible. (Oui ça va, et gagner du temps aussi. 😀 )

DSC_4161
DSC_4160
J’ai opté pour le 4 ans, et comme vous pouvez le voir sur les photos, c’est un petit peu long pour Paul, mais je me dis qu’au moins il pourra en profiter plus longtemps.

DSC_4179
J’ai remplacé les boutonnières des côtés par des pressions, plus pratique pour l’habillage. Et pour coller le plus possible au personnage, j’ai remplacé les boucles par des boutons jaunes, trouvés à la Droguerie.

On vérifie le confort ?

DSC_4165
DSC_4167
Bah écoutez, ça semble être une affaire qui roule ! ❤

DSC_4171
Verdict : encore une fois, le costume ne m’a pas coûté grand chose, et je suis contente car il pourra la reporter pendant un petit moment (sans le tee-shirt peut être, pour éviter le total look. 😀 ). Comme d’habitude, je suis très contente de ce modèle de chez Peek-a-Boo Patterns, et cerise sur le gâteau, le modèle va jusqu’au 12 ans ! (Si jamais le grand frère veut tenter Luigi l’année prochaine. 😀 ). Un petit loulou ravi + un coupon de moins dans le stock + une maman fière comme Artaban = j’aime quand un plan se déroule sans accroc. 😉

DSC_4158
❤❤❤

Je reviens vite avec le costume de Juliette, et en attendant, prenez bien soin de vous ! ❤

La robe Claire

Cela fait un bail n’est-ce pas ? J’ai déserté ce blog ces derniers mois, c’est vrai. Et pas que ce blog d’ailleurs : Instagram, Facebook…j’ai coupé contact avec beaucoup de choses. J’en avais besoin. Souvent vous m’écrivez que mon sourire est contagieux. Il l’est, surtout parce qu’il est sincère. Je n’ai jamais su faire semblant. Et je ne pouvais pas venir ici alors que j’avais perdu mon joli sourire. Je n’aurais pas su vous servir le coup de la vie parfaite : je n’ai jamais su mentir. Alors j’ai attendu d’être prête, d’avoir envie. Que le sourire revienne. Et comme je vous avais confié le début de l’histoire ici, je me devais de vous raconter la suite, et la fin. Et le début d’autre chose.

J’avais mis beaucoup d’espoir dans ces cours de couture. Mais les choses ne se sont pas passées comme je les aurais souhaitées. Pour de multiples raisons (que je ne pourrais évidemment pas toutes évoquer ici) : les horaires, déjà, qui ne s’accordaient pas avec mon rythme familial. Je travaillais certains soirs, le samedi. Mes enfants ne comprenaient pas pourquoi je partais travailler alors qu’eux rentraient de l’école…et à vrai dire, moi non plus.

J’ai aussi eu des difficultés avec le fonctionnement de l’atelier, très flexible pour ses élèves…mais très stressant pour moi. Je gérais 4 élèves en même temps, qui pouvaient venir avec le patron de leur choix. Les élèves avaient le choix entre plusieurs créneaux, gérés par différentes interlocuteurs. Mon groupe d’élèves n’était jamais le même, et je ne savais pas toujours quel serait le projet de leur choix. Et pour moi qui m’imposais d’être la prof la plus compétente possible…cela s’est révélé être une exercice très stressant. Je stressais avant, je stressais pendant…et je stressais après. Combien de fois ai-je senti le sol se dérober sous mes pieds…parce que je butais sur une question technique toute bête.

La couture, qui était si nécessaire à mon équilibre, qui m’apportait tant de joie, était devenue source d’angoisse. Quand je voyais mes machines à coudre, je ne me rappelais que de tensions mal réglées, de surjeteuses désenfilées. Une nouvelle technique ne m’excitait plus : elle me terrifiait. Moi qui adorais scruter les vêtements, les vitrines, les défilés…tout ceci me laissait indifférente. Et le pire de tout…je n’avais même plus envie d’acheter de tissu. Alors que pendant 8 ans, le moindre temps libre, la moindre minute grappillée était consacrée à la couture…aujourd’hui, c’était tout…sauf ça. Je voyais mon coin couture prendre la poussière…et cela me rendait si triste.

Lentement, je me suis fanée. Le sourire a disparu.

Et puis, un peu par hasard, je suis tombée sur l’annonce d’une association qui cherchait une assistante administrative. Un mi-temps, le matin, pas loin de chez moi. Par instinct de survie je crois, j’ai postulé, sans trop y croire. Et ça a marché.

Et je suis si heureuse. C’est une association d’aide à domicile pour les personnes âgées, et je me sens utile. L’équipe est géniale. C’est une toute petite structure. J’y travaille depuis un mois, et le rythme est parfait pour moi, et ma famille. Chaque jour je suis contente d’aller travailler, et je me dis que c’est une chance immense. Je la savoure.

Je sais que beaucoup verront ce récit comme celui d’un échec, mais pas moi. Notre société actuelle nous pousse souvent à vivre de notre passion, à capitaliser notre « talent ». Certain(e)s y arrivent, et je suis admirative de leurs parcours. Personnellement, la couture restera un loisir. Un échappatoire, un exutoire. Une façon de m’exprimer. Un moyen de gâter mes enfants. Du plaisir. Rien que du plaisir.

(Pardon.)(On me refera pas je crois. 😀 )

Et maintenant, on arrête de tourner autour de mon nombril, et on cause couture. Pour de bon ! 😀

DSC_4092
Vous me connaissez, ma passion des robes chemise n’est plus à refaire. Dès la robe Amal finalisée, une version manches longues était notée dans mes projets automne-hiver.

IMG_6858
(Les deux petits croquis supplémentaires sont l’ ABasLesChutes de Juliette. ❤)

A la toute base, elle devait être réalisée dans un coton marine à pois de chez Agnès B. Mais en ressortant le coupon en décembre, j’ai compris qu’acheter du tissu pour un projet hivernal en plein été n’était malin : le coton était en fait un voile de coton ultra fin…absolument inadapté pour une robe avec des manches, censée être portée par temps froid. Et c’est en retournant le stock pour nos robes de Noel, que je suis retombée sur cette popeline de chez Mondial Tissus.

DSC_4093
Achetée il y a des lustres pour en faire une Bruyère version robe, cette popeline marine, parsemée de petits coeurs parme, était exactement ce dont j’avais besoin pour ma robe chemise. J’adore oublier des coupons dans le stock : on a l’impression d’être à Noel quand on les redécouvre ! 😀

DSC_4091
Je suis partie de la robe Sandrine, à laquelle j’ai tout simplement rajouté des manches (en reprenant les emmanchures de la robe Amal). Sur un coup de tête, j’ai eu envie de manches 3/4, soulignées par un bout de passepoil parme.

DSC_4100
DSC_4108
Et puis, quitte à poser du passepoil sur les manches, autant y aller gaiement sur le col tailleur !  Ayant coupé mon passepoil dans un petit coupon parme (acheté à la base pour y couper un col contrastant pour l’ABasLesChutes de Juliette), j’ai choisi de ne passepoiler que le col et le revers, et de faire mourir le passepoil à la croisure.

DSC_4075
J’ai toujours eu un faible pour les cols tailleur soulignés de passepoil. Un de mes patrons préférés est d’ailleurs le pyjama Carolyn de Heather. Mais comme je suis une grosse fégniasse qui préfère acheter ses pyjamas sur la Redoute (QUOI ???)(Allez-y, jugez-moi, JE M’EN FOUS ! 😀 ), c’était le moment ou jamais de me coller à cette technique.

DSC_4022
Enfin, le moment ou jamais, je sais pas, parce que poser du passepoil sur un col tailleur, sans aucun instruction pour m’épauler, et dans un désert de motivation couturesque…cela explique pourquoi cette robe, qui devait être à la base une robe de janvier, a pu être portée…à Pâques. 😀 Et bien évidemment, c’est à la fin du projet…que j’ai pensé à aller voir comment mes pyjamas à cols passepoilés étaient montés. UNE GAGNANTE JE VOUS DIS, UNE GAGNANTE !


BREF, au final je ne m’en suis pas trop mal sortie, même si j’aurais gagné à faire mourir le début du passepoil du revers, plutôt que de vouloir créer une jointure invisible avec le passepoil du col. Cela crée une épaisseur qui n’était pas nécessaire.

DSC_4099
M’enfin, là on est vraiment sur un micro-détail. Tiens, en parlant d’un micro-détail qui n’a pas échappé au cher et tendre…

DSC_4040
« ELLE EST PAS UN PEU COURTE TA ROBE ??? »

DSC_4024
En général, mes jupes mesurent toujours 50cms, et celle-ci a perdu 2cms, sans que je ne comprenne vraiment comment. Bien évidemment les 2cms perdus n’ont pas échappé à l’oeil de lynx du mari. Note pour la prochaine : on rajoute les 2cms qui manquent !

DSC_4030
DSC_4028
Concernant les finitions intérieures, j’ai opté pour une parementure complète, qui englobe aussi les emmanchures, me permettant de cacher les marges de couture des emmanchures.

DSC_4107
DSC_4103
DSC_4104
Et quitte à faire des coutures rabattues partout, j’ai terminé la parementure avec du biais. Les boutons marine en nacre mat proviennent de la Maison d’Ursules.

DSC_4049

Verdict : écoutez, cela fait des mois (voire des années) que je suis ULTRA critique sur toutes mes productions. Il y a toujours un détail qui ne va pas, un point qui aurait pu être amélioré. En passant celle-ci pour la première fois, j’ai juste ressenti…une vraie satisfaction. Elle était jolie, elle me ressemblait (DES COEURS PUREE ! 😀 ), elle était très bien réalisée et surtout…elle me tombait parfaitement. Et pour la première fois, je m’autorise à le penser. A profiter d’un ouvrage sans être bouffée par un perfectionnisme inutile. Il faut croire que la pause a été salutaire à de nombreux niveaux. 😀

DSC_4086
Avant de vous quitter, je voulais remercier toutes les personnes qui m’ont écrit, et qui se sont inquiétées de mon absence. Vous le savez, je n’ai jamais pris ce blog au sérieux. Je me suis même auto-proclamée « blogueuse en carton ». 😀 Je refuse tout partenariat, tout test (hormis ceux de Deer and Doe). Je ne fais pas de podcasts, de tutos, d’anniversaires, de concours, ou je ne sais quoi encore qui ferait augmenter mon nombre de followers. Tout ça me dépasse allègrement.

Alors évidemment, en prenant des distances je ne pensais pas recevoir tant de messages. Et votre sollicitude à tous m’a beaucoup, beaucoup touché, et aidé aussi dans ces moments un peu difficiles. Alors merci à tous.

DSC_4059
Une très belle semaine à tous, et surtout, prenez soin de vous. ❤

(NB : pourquoi la robe Claire ? Parce que j’avais une élève qui adorait le passepoil et en posait un peu partout. En démarrant cette robe je lui avais promis qu’elle porterait son prénom. C’est chose faite ! 😉 )