La robe Lio

Le modélisme est une pratique merveilleuse, mais le modélisme a un terrible défaut : quand le tissu est coupé, on ne peut plus revenir en arrière. En couture vous pourrez toujours sortir le découd vite, reprendre une fermeture mal posée, des fronces mal réparties, un embu mal résorbé. Mais la pièce dessinée et ensuite découpée a un caractère irréversible : si votre patron est mauvais, il faudra s’en contenter. Et déployer des trésors d’imagination pour retomber sur ses pieds.

DSC_0811
Ce tissu, déniché au marché de la Plaine il y a quelques semaines, fut un vrai coup de coeur : une fibranne de viscose, très douce, très fluide, dont le rouge éclatant m’avait tapé dans l’oeil. Je voulais à tout prix en faire une robe, sans être capable de me décider sur un modèle. Et c’est un peu sur un coup de tête, en coupant le dernier fil de la robe Carrie, que je me suis décidée à partir sur la même ligne.

DSC_0711
Mais cette fois-ci, j’avais envie de mancherons froncées. Je reprends donc ma tête de manche originelle, celle de la robe Papillon, procède à l’évasement expliqué sur mon bouquin Esmod, et dessine une ligne d’ourlet assez creusée. Comme je souhaitais que les fronces soient davantage placées sur mes épaules, je creuse mon emmanchure au niveau de la tête de manche, monte le tout…et m’aperçois que le résultat est catastrophique.


J’ai totalement zappé de vous faire une photo, mais je vous assure, le résultat était moche au possible. La ligne d’ourlet était trop creusée, les manches pas assez évasées, on aurait dit des manches ballons trop courtes. AF-FREUX. Et c’est en retournant mon patron de manche dans tous les sens, que soudain, le plan B m’apparut : et si tu la prenais à l’envers cette manche ? Si tu cousais ta ligne d’ourlet sur ton emmanchure ?

FullSizeRender
FullSizeRender 2
Tu garderais l’évasement, tes manches ne seraient plus froncées mais volantées, certes il n’y aurait rien d’académique dans ta démarche, m’enfin, si ça fonctionne et que tu réussis à sauver ton ouvrage, pourquoi ne pas tenter ?

IMG_3945
Et ça a marché ! Enfin…juste pour les manches. Parce que quelque chose me gênait sur le corsage. Vous pouvez voir la photo ci dessus, alors que toute la robe avait été montée : il y avait un excès de tissu sous les emmanchures. Et c’est en essayant ma robe, et en pinçant le corsage que j’ai compris où était le souci : il manquait des pinces poitrine ! J’en ai aussi profité pour réduire d’1cm les coutures côtés juste sous les emmanchures.

DSC_0743
Et là on est bon ! Enfin, presque. Il me reste un petit bémol, sur lequel j’ai pu mettre des mots après avoir vu ces photos. J’ai un buste assez court si on le compare au reste de mon corps. Et ici, comme mon corsage est amputé de la ceinture élastiquée, et que j’ai creusé volontairement un profond décolleté en coeur, mon buste semble encore plus court. Pour la prochaine version (qui sera sans manche celle ci), je vais tenter de réduire la hauteur de la ceinture, et peut être moins creuser le décolleté, afin de visuellement rallonger mon corsage. Nous verrons bien si cela fonctionne !

DSC_0746
DSC_0716
Si j’insiste tant à travailler ce modèle, c’est avant tout parce qu’il est très agréable à porter. Cousue dans un tissu doux et souple comme cette fibranne, la robe est vraiment confortable. La jupe a une belle ampleur tout en restant flatteuse : et c’est sans doute le point que je lui préfère !

DSC_0759

DSC_0765
DSC_0718
Et comme le corsage est doublé, l’intérieur est aussi joli que l’extérieur.

DSC_0862

DSC_0747
Verdict : si en coupant le dernier fil j’étais vraiment dépitée que le résultat ne soit pas à la hauteur de mes espérances, j’ai relativisé mon ressenti après avoir porté la robe toute une journée. Je m’y suis sentie jolie et à l’aise, et c’est ce sentiment là que je veux lui associer. Souvent je suis trop exigeante envers moi même, et j’essaie de garder en tête que je ne patronne pas depuis très longtemps. Cette robe n’est pas parfaite, mais elle n’est qu’une étape dans mon apprentissage. Et la prochaine me prouvera qu’encore une fois, je n’ai pas perdu mais appris ! 😉

DSC_0807
Et pourquoi la robe Lio ?? Tout simplement parce qu’au moment où je traçais mon patron, il me fallait baptiser la robe pour annoter mes pièces. Je n’avais pas la moindre idée d’un nom quand au même moment, ma bibliothèque musicale, lancée en mode aléatoire, a lancé « Amoureux Solitaires » de Lio, issu de son tout premier album. Album que j’ai du écouter mille fois enfant, et qui est un peu ma madeleine de Proust à moi. Adjugé vendu, elle sera donc la robe Lio !

DSC_0712
Je vous souhaite à tous une belle semaine, et prenez soin de vous !

Ma Pom-pom Girl, Carnaval 2017

Comme promis, me voici de retour avec le costume de la puce !

DSC_0691
C’est le soir même du carnaval de 2016 qu’elle m’avait annoncé, de manière solennelle, que l’année prochaine elle serait déguisée en pom-pom girl. J’avais pouffé, connaissant le caractère tergiversatif de ma fille, et pariant qu’elle changerait 40 fois d’avis au cours de l’année. Mais que nenni ! Son idée fut bien arrêtée, et elle n’en a pas varié.

Nous avons donc pris le temps ensemble d’étudier le projet, et c’est chez Jalie que nous avons trouvé le patron idéal : la robe de patinage 2104. Avec ses manches raglan, et sa petite jupe évasée, elle était parfaite.

DSC_0684
J’ai demandé à la puce de me dessiner un petit croquis, histoire de délimiter son choix de couleurs et leur répartition.

IMG_3866
C’est sans grande surprise qu’elle a choisi le violet et le rose, qui sont ses 2 couleurs préférées. Pour le type de tissu, comme elle avait adoré le lycra poudré à paillettes de son costume de Bloom, nous sommes parties sur la même matière, trouvée chez le grossiste Bensimon à Marseille (26 Rue Francis de Pressensé, 13001).

DSC_0690
Me rappelant mes déboires avec le costume de Bloom l’année dernière, cette fois ci j’ai procédé différemment : au lieu de couper une taille et d’ensuite adapter le résultat sur Juliette, j’ai préféré travailler le patron en amont. J’ai méticuleusement pris les mesures de Juliette, et redessiné le patron pour qu’il lui aille au mieux. Comme ma puce est assez fine en largeur, mais d’une stature dans les normes pour son âge, j’ai opté pour le 3 ans en largeur au niveau de la poitrine, agrandi à un 5 ans sur la taille, pour une longueur en 6 ans…en croisant fort les doigts pour que cela fonctionne !

DSC_0688
Et on était bon ! Pfiou ! Le patron étant destiné pour du patinage artistique, la jupe a l’origine est assez courte : je l’ai rallongé de 5 cms. Je n’ai pas cousu la culotte qui peut être ajoutée sous la jupe. Toute la robe est assemblée à la surjeteuse, et les ourlets sont à l’aiguille double.

DSC_0670

DSC_0671
(Non mais celle là je vous jure…la pose… ^^)

Bon, c’est pas tout ça, mais faudrait peut être vérifier qu’on puisse faire la fofolle dedans, pas vrai ? 😉

DSC_0677
DSC_0679

DSC_0682
On peut valider, vous êtes d’accord ?? 😉

Verdict : écoutez, je suis toujours ravie des patrons Jalie, et celui là encore ne m’a pas déçue. Tout tombe à la perfection, et le résultat est celui escompté. La puce a été très contente de son costume, qu’elle ne veut plus quitter d’ailleurs ! J’ai hâte de connaître le défi qu’elle me lancera l’année prochaine. ❤

DSC_0662
Je vous souhaite à tous un très bon week-end, et prenez bien soin de vous. 😉

Mon petit magicien, Carnaval 2017

Vous le savez, j’aime bien coudre pour mes loulous. Et ce que j’aime encore plus, c’est coudre leurs costumes de carnaval. Chaque année, c’est un plaisir pour moi de planifier ça avec eux, d’écouter leurs envies, de choisir un patron, des tissus. J’ai l’impression d’être une bonne fée réalisant leurs voeux. Et quelle joie de voir briller leurs yeux !

DSC_0610
Cette année, Tom a voulu se déguiser en magicien. Nous avons donc pris le temps de brainstormer l’idée : via Pinterest, Google Images, nous avons fait des recherches, affiné le costume qu’il souhaitait, jusqu’à ce qu’il me fasse ce croquis, sur une silhouette que je lui avais pré-dessiné.

IMG_3827
Il souhaitait donc une longue veste, doublée de rouge, accompagnée d’une ceinture et d’un noeud papillon.

DSC_0598
Il y a quelques semaines, Sandrine, une copine du cours de modélisme, m’avait offert le Burda du mois de Janvier, qu’elle avait acheté en double. Et comme il n’y a pas de hasard, à l’intérieur s’y cachait un patron idéal pour coller au croquis de Tom !

IMG_3881
A la base, ce patron (132 du Burda de Janvier 2017) était présenté pour un costume d’Harry Potter, mais en retirant l’écusson et en jouant sur les couleurs, il peut très bien faire aussi office de manteau de magicien lambda !

DSC_0609
Je me suis rendue chez Bensimon, un grossiste de Marseille (26 Rue Francis de Pressensé, 13001) où j’ai trouvé ce satin de polyester, à 2€ le m. Alors certes, c’est un tissu qui s’effiloche beaucoup, qui n’a pas non plus été facile à coudre, mais pour un costume c’est amplement suffisant. Et comme il est bien fluide et bien brillant, le rendu sur le manteau de magicien est parfait.

DSC_0603
Le patron ne démarrant qu’à 128cms, et mon loulou mesurant 122cms, je n’ai tout simplement pas ajouté de marges de couture et réduit la longueur du manteau de 4,5cms, et le résultat est plutôt réussi.

DSC_0604
Le seul bémol, que vous pouvez voir sur cette photo, est le bord de la capuche : en surpiquant tout le tour du manteau, j’ai du étirer le tissu (qui n’est pas d’une qualité folle) en cousant, et cela a légèrement détendu la couture. Mais bon, pour un costume de carnaval, je me contenterai de ces finitions.

DSC_0616
DSC_0625
Et le petit plus de ce patron, c’est que le manteau est entièrement réversible ! Selon l’humeur du petit magicien, il pourra le porter version noir ou version rouge. 😉

DSC_0695
Pour accompagner le manteau, j’ai cousu vite fait un petit noeud papillon…

DSC_0618
DSC_0632
…et une ceinture, fermée dans le dos par un velcro.

DSC_0634
DSC_0630
« Hey, dans ton chapeau, tu pourrais pas me dégoter de la soie en Liberty de chez Stragier ??? »

DSC_0631
« Oh ça va, si on peut plus rire… » 😀 😀 😀

Verdict : je ne sais pas si un jour la fierté d’une cousette finie s’estompe. Si un jour on devient blasé. Mais encore aujourd’hui, quand j’arrive à faire briller les yeux de mon fils avec un peu de tissu à 2€ le m, je suis remplie de fierté. Et quand sa maîtresse m’a confié, le jour du carnaval, que Tom était venu lui dire, tout fier, que c’était sa maman qui lui avait cousu son costume…comment vous dire…ce fut dur de retenir les larmes tant j’en ai été touchée ! C’est définitivement ce que je préfère dans la couture : rendre mes mômes heureux. ❤

DSC_0638
Je reviens rapidement avec le costume de la puce, et en attendant, je vous souhaite une belle fin de semaine ! Prenez bien soin de vous. 😉

La robe Nissa

Je crois que mon principal défaut en couture est l’impatience. C’est bien simple : c’est toujours au milieu d’un projet que ma tête se met à cogiter sur le prochain. Résultat : les finitions sont souvent cousues à la va vite, ce qui est, vous en conviendrez, fort idiot puisqu’elles sont justement la première chose que l’on voit sur une cousette. Et souvent, trop souvent, ce défaut me joue des tours. Mais je crois que la robe Nissa m’a donné une bonne leçon. 😉

DSC_0576
J’avais une revanche à prendre avec le patron de ma robe de base : si j’ai depuis bien rentabilisé la version sans manche et celle à bretelles, je n’avais toujours pas une version totalement validée avec les manches. A la base, je voulais me la coudre pour la Saint-Valentin, dans un beau satin de coton rouge. Mais mon entorse + l’incapacité de trouver le parfait tissu à mon goût ont eu raison de ce projet.

DSC_0526
Les semaines ont passé, le printemps s’est annoncé, ainsi que nos vacances de Pâques attendues depuis des mois. Cette année l’arrière pays niçois était au programme, et j’ai eu envie de me coudre une robe pour le fêter. Et c’est en surfant sur le site de Bennytex que je suis tombée sur ce coupon de satin de coton rouge corail : sa teinte m’a tout de suite fait penser aux murs du Vieux Nice. Lumineuse et vibrante : la revanche avait donc sonné, et c’est à Nice qu’elle serait célébrée. 😉

DSC_0496
En ce moment je me passionne pour le patronnage des manches : après celles « papillon » de la robe Carrie, j’ai eu envie de patronner des manches ultra courtes, qu’on appelle « cap sleeves » en anglais. J’avais adoré ce détail sur la robe Rue de Colette : je trouve qu’elles mettent l’accent sur les épaules et équilibrent plutôt bien les morphologies en A. Ce type de manches n’étant pas développé dans mon bouquin Esmod, et ne voyant pas ma prof de modélisme dans l’immédiat, j’ai un peu bidouillé, en m’aidant de tutos trouvés sur le net.

DSC_0527
Vous l’apercevez à peine sur ce cliché, mais j’ai choisi de doubler les manches, pour obtenir un ourlet bien propre. J’ai opté pour une encolure coeur, et ma jupe cercle sur mes mesures. (= moins évasée au dos pour ne pas plomber ma silhouette, et avec davantage de godets sur le devant pour obtenir une belle amplitude et cacher mon petit bidou)(le Papillon, roi de l’embrouille. 😀 )

DSC_0498

DSC_0494
Nous sommes à quelques jours de notre départ, et je dois faire vite si je veux la glisser dans nos valises : je monte le tout, procède à de belles finitions, la passe enfin, et PATATRAS C’EST LA CATA, je me rends compte de ma belle bourde…j’ai oublié de stabiliser mon encolure avec un droit fil.

IMG_3687
Vous le voyez sur cette photo prise pendant nos vacances : sur le décolleté, côté gauche, la petite vague sur l’encolure ? Le satin de coton contenant de l’élasthanne + la découpe dans le biais ont donné une association funeste : sans grande surprise, l’encolure s’était distendue.

Cela ne m’a pas empêché de la porter pendant nos congés, mais quand même, j’étais assez fâchée. Ces vacances avaient été trop belles pour que cette robe, qui y serait à jamais associée, souffre du moindre défaut. Alors j’ai pris mon courage à deux mains, et défait tout mon corsage à notre retour.

DSC_0593
Oui, la couture à la main de la taille…les coutures de propreté sur les emmanchures (le résultat est toujours magnifique, mais bon Dieu que c’est pénible à coudre !), ma sous piqûre ET la couture de l’encolure…

…autant vous dire que j’ai bien retenu la leçon : TOUJOURS. STABILISER. SON. ENCOLURE !

DSC_0546
Bon, on entrevoit encore à peine où la couture s’était distendue, ma bande de thermocollant droit fil n’ayant pas réussi à faire un miracle complet, mais le résultat est tout de même bien plus joli qu’au début.

DSC_0579
Je suis très contente de ce satin de coton, qui est tout de même proposé à un prix imbattable. (rien de sponsorisé ici, je le rappelle)(enfin, c’est le mari qui me l’a offert, ça compte comme un sponsor ? 😀 ). Pour cette robe j’en ai à peine utilisé un tout petit peu plus d’1 m : je vais précieusement garder le reste de mon coupon.

DSC_0525
Et le grand avantage du satin de coton, c’est son tombé un peu lourd ! Et donc parfait pour y tailler une jupe quand tu habites dans le pays du Mistral : aucun risque de voir la jupe voler au vent et découvrir tes dessous. 😉

« Fais quelque chose avec tes mains, n’importe quoi, mais change de pose ! »

DSC_0557
« Bon, ok, reprends ta pose. » 😀 😀 😀

DSC_0541
Le dos est terminé, comme toujours, par une fermeture invisible, et le corsage ainsi que les manches sont doublés avec une doublure de chez Mr. Albert.

DSC_0542
Verdict : revanche prise, et défi relevé, je suis vraiment contente d’avoir enfin une version validée de ma robe de base avec des manches.Cette teinte est un bonheur à porter : très flatteuse, elle me donne instantanément la pêche. Et je suis toujours aussi fan du satin de coton : appréciant porter mes vêtements bien ajustés, l’élasthanne qu’il contient me permet de patronner avec peu d’aisance, tout en reniant pas mon confort : magique !

DSC_0577
Je vous souhaite à tous une belle fin de semaine : courage pour survivre à ce week-end électoral qui nous attend, et n’oubliez pas d’aller voter surtout ! 😉 Et évidemment, prenez bien soin de vous. ❤

EDIT : on m’a posé plusieurs fois la question de la stabilisation de l’encolure. Il y a plusieurs façons de procéder : on peut coudre un ruban (comme ici) ou stabiliser l’encolure avec du thermocollant. Vous pouvez tout à fait le faire vous même en couper une bande dans du thermocollant standard au mètre, ou l’acheter tout prêt. Je trouve l’option proposé par Vlieseline très chère : récemment j’ai acheté celui ci, et pourrai vous donner mon avis dessus lors de la prochaine robe. 😉

La robe Carrie

Je crois que chacune de mes robes pourrait être un scénario de film. Cela démarre toujours par un coup de coeur, suivi de doutes, d’obstacles, avec un twist final qui fait sécher les larmes et ramène le sourire. Celle ci ne déroge pas à la règle. Et même davantage : elle a été inspirée par une grande actrice.

DSC_0198
Nous sommes le 26 décembre : Carrie Fisher a fait une crise cardiaque quelques jours plus tôt et tous les fans de Star Wars s’inquiètent pour leur princesse. Je tombe par hasard sur cette photo d’elle, portant une robe noire avec de superbes volants sur l’encolure.

IMG_3110
J’ai tout de suite un coup de coeur pour cette robe, et en dessine rapidement un croquis. Le volant de l’encolure est remplacé par des manches papillon. Je me dis ce soir là qu’il serait agréable de coudre cette robe pour le printemps : évidemment Carrie Fisher sera à ce moment là rétablie. Il était impensable qu’elle puisse nous quitter si jeune.

Et puis 2016 n’a pas failli à sa réputation de faucheuse de souvenirs, et a emporté avec elle Carrie, rejoignant David, Leonard, Alan, Prince, George…et tous les autres.

Je ne sais pas vous, mais je n’étais pas mécontente que 2017 s’annonce enfin.

Les semaines ont passé, et cette robe restait dans mon coeur : j’attendais le tissu parfait pour elle. Et puis un jour, au gré d’une newsletter Bennytex, le coup de foudre pour cette fibranne de viscose : des fleurs, des oiseaux, de belles teintes…il était impossible de faire plus printanier. Et à la réception je ne fus pas déçue : très souple, très doux, suffisamment opaque pour ne pas être doublé. La robe Carrie était sous mes yeux.

DSC_0196
Je suis partie de la robe Papillon : j’ai supprimé le cache-coeur, coupé mon devant sur la pliure et creusé un décolleté en V.

DSC_0253
Comme prévu, j’ai rabaissé de 2cms la ligne milieu de mon devant, évitant que ma poitrine ne remonte trop la taille élastiquée. J’ai modifié en accord ma ceinture devant, et n’ai rien touché à la jupe, que j’adore ainsi.

DSC_0114

DSC_0184

DSC_0174
On pourrait penser que la réalisation s’est faite sans encombre : c’était sans compter sur ces manches papillon. Mais là encore, j’ai appris quelque chose de fondamental avec cette robe.

DSC_0207

DSC_0191
Souvent, quand en cours de modélisme j’hésite sur la longueur d’une manche, l’évasement d’une jupe, ou le décolleté d’une encolure, ma prof me répond toujours la même chose : « montre moi ton dessin initial ». Parce qu’au final, absolument tout part de là : d’un croquis. Le plus difficile finalement étant de mettre en accord ce que l’on ressent et ce que l’on réalise. Et ici, typiquement, j’ai réagi à l’envers. Sur mon croquis plus haut, j’ai dessiné des manches plutôt courtes. J’ai alors patronné au démarrage des manches évasées, mais relativement courtes. Et au premier essayage, je fus déçue : tout simplement parce qu’au fond de moi, j’avais envie de manches plus longues. Mais j’ai mis plus de 5 toiles avant de le comprendre !

IMG_3528
Dorénavant je saurai qu’avant de patronner quoi que ce soit, je dois impérativement être en accord avec mon croquis. Notez que maintenant, je peux évaser une manche façon Esmod les yeux fermés. 😀

DSC_0194
♫ « I’m a Rocket Man, Rocket Maaaaaaaaan, Burnin’ out this fuse Up here alone » ♫

Et c’est quand je pensais qu’enfin, la robe était finie, que je me suis rendue compte que l’ourlet s’était distendu.

DSC_0035
Vous vous rappelez ma mésaventure avec Réglisse ? Vous pensez bien que cette fois ci j’ai pris le temps de faire correctement les choses : j’ai sorti mon arrondisseur de jupe, et repris l’ourlet de la robe. La craie blanche étant invisible sur mon tissu, je l’ai mélangée avec un peu de fard à paupières : et ça marche plutôt pas mal !

DSC_0203
Mieux ainsi pas vrai ?

DSC_0260
L’envers de la robe est toujours fini de la même façon : le corsage ainsi que la ceinture sont doublés, la couture des manches cachée sous la doublure, et la doublure de la ceinture cousue à la main sur la jupe. Comme seulement 4 coutures étaient visibles, je les ai piquées à l’anglaise.

DSC_0146
Verdict : elle devait être ma robe de Pâques, mais j’avais tellement hâte de la coudre que j’ai préféré étrenner le printemps en sa compagnie. La douceur et la fluidité du tissu en font une robe très agréable à porter. Et ces fleurs sont tout ce que j’ai envie de porter en ce moment : définitivement, je suis bien plus inspirée par les beaux jours !

DSC_0214

Je vous souhaite à tous une belle fin de semaine, et prenez soin de vous. ❤

DSC_0190