Mon Alice aux pays des merveilles, Carnaval 2018

Attention, je vous préviens, billet fleuve ! Je suis tombée amoureuse d’une Alice aux Pays des Merveilles, et il sera difficile de tarir mes éloges à son sujet. ❤

DSC_4237
Juliette. Ah Juliette. Il faut savoir que cette petite adore me faire tourner en bourrique. Et le carnaval est sans doute son prétexte préféré pour me rendre chèvre. Chaque année, elle choisit un costume le lendemain même du carnaval, pour l’année suivante. Elle me parle de son idée pendant 11 mois et demi…et change A CHAQUE FOIS de costume dix jours avant le jour j. Chaque. Fichue. Année. Et évidemment, 2018 n’a pas failli à la règle.

DSC_4252
Pendant 11 mois donc, elle m’a parlé de la robe de bal de Belle, dans la Belle et la Bête. Et c’est au moment de commander les tissus qu’elle me sort, le plus naturellement du monde : « non mais, je ne sais plus. J’hésite entre la Belle au Bois Dormant et Belle de la Belle et la Bête. Ou autre chose ? Tu en penses quoi Maman ? J’ai le temps de réfléchir ? »


(C’est ça ma chérie, REFLECHIS. ^^)

BREF, c’est en googlisant des costumes avec son père que BAM, le coup de foudre : « Maman, je veux être en Alice ! Tu peux me le faire s’il te plait ? »

DSC_4277
Vous savez résister, vous, à une bonne pareille ??? Moi pas. ❤

J’ai donc entrepris d’étudier un peu le sujet, et j’ai dessiné un petit croquis, en me basant sur Alice du dessin animé de Disney.

multik_70

IMG_6999
Pour la robe ce serait facile : il suffisait de lui coudre une Tinny Dress de Straight Grain, en chambray. Le plus compliqué allait être le tablier : n’ayant aucun patron qui collait exactement au tablier du dessin animé, j’ai entrepris de le dessiner moi-même.

DSC_4240
DSC_4241
En fouillant dans le stock, je suis tombée sur ce coupon de coton blanc, trouvé sans doute chez Mr. Albert il y a longtemps. Et comme d’habitude, j’ai coupé dans mon tissu sans faire une toile au préalable : le résultat était beaucoup trop large, trop imposant au niveau des épaules. J’ai réduit drastiquement la largeur de la pièce dos, et l’ensemble fut plus harmonieux.

DSC_4248
DSC_4243
Le haut du tablier est doublé avec du satin de polyester (selon la fameuse méthode dite de la cuillère > tuto perfecto par ici), la ceinture doublée avec le coton principal. La pièce du bas est un simple rectangle froncé, terminé par des ourlets double-rentrés.

DSC_4295

DSC_4249

DSC_4245
DSC_4253
« Non mais dites ! » 😀

DSC_4260
Une coquine je vous dis. On passe à la robe ?

DSC_4267
C’est le grand avantage de ce costume : Juliette pourra reporter la robe à loisir. J’ai donc choisi la Tinny Dress, qui avec toutes ses options pouvait parfaitement coller à la robe d’Alice. J’ai opté pour la version corsage basique + col claudine + manches ballon + jupe cercle.

DSC_4278
Ayant remarqué que sa version de Noel lui était  trop ajusté au niveau des épaules, j’ai dessiné la taille 5 ans sur le haut du corsage, qui se cintre sur la taille 4 ans au niveau de la taille, avec une stature en taille 6 ans. Et c’est mieux !

DSC_4274
Et ça tourne aussi, et oui, c’est important. 😀

La robe est réalisée dans un chambray des Coupons Saint Pierre. Le corsage est doublé, et je n’ai pas oublié la couture de propreté au niveau des emmanchures (par ici le tuto bien fait sur le Sew Along de la robe Rue de Colette)(dans le paragraphe « Finish Armhole »).

DSC_4294
Le dos est terminé par une fermeture invisible…

DSC_4287
…le col Claudine est réalisé lui aussi en chambray…

DSC_4285
…et les manches sont ballons, avec le petit détail craquant du pli creux sur l’ourlet.

DSC_4286
DSC_4283
Verdict : vous m’auriez vu quand je lui ai passé l’ensemble pour la première fois, quelques heures avant le carnaval. Je me suis mise à sauter partout, les mains virevoltant dans tous les sens, en criant des « oh là là » et autres « OH LA LA » complètement hystériques. 😀 Elle a peut être mis du temps à faire son choix, mais alors, QUEL CHOIX ! Ce personnage lui va comme un gant, et je suis contente d’avoir su relever le défi. ❤ Et ravie car elle pourra profiter de cette jolie robe pendant quelques temps. 😉

DSC_4239
Je vous souhaite un bon week-end, ici nous partons une semaine en vacances dans les Cévennes, nos traditionnelles vacances de printemps. Elles seront forcément un peu tristes cette année : nous venons de perdre un être cher. Il est difficile de laisser s’envoler les gens que l’on aime n’est-ce pas ? Quoi qu’il en soit, prenez bien soin de vous. Et encore merci pour vos commentaires qui me vont toujours droit au coeur. ❤

Mon Ninja & Mon Mario, Carnaval 2018

Prêt(e)s pour un billet sur le carnaval de mes loulous ? Allez hop, on démarre aujourd’hui avec Tom et Paul ! ❤

DSC_4154
Alors, comme vous pouvez le constater de vous-même (ou pas vous me direz 😀 ) Tom a donc choisi de se déguiser en ninja. Pour se faire, j’ai décidé de mixer vêtements du commerce (qui pourront être réutilisés par la suite) et éléments cousus main.

DSC_4110
Le tee-shirt, le legging ainsi que la cagoule ont été achetés tout prêts. Je me suis contentée de coudre les pièces en rouge : le plastron et les liens pour les chevilles et les poignets.

DSC_4147
Vous reconnaissez le tissu ? Ce sont les chutes de son costume de magicien de l’année dernière ! (La ceinture en fait partie d’ailleurs).

DSC_4127
J’ai dessiné moi-même le plastron, que j’ai coupé dans mes chutes sans faire une toile au préalable…et évidemment, la tête ne passait pas. 😀 Ce polyester étant impossible à découdre sans tirer des fils, j’ai réussi à couper un second plastron dans ce qui me restait de tissu. Les côtés ainsi que les ourlets ne sont de simples doubles-rentrés, et l’encolure est terminée par une parementure.

DSC_4226
DSC_4119
DSC_4120
Verdict : c’est simple, c’est efficace, le tout n’a pas coûté grand chose et Monsieur Tom fut ravi : combo gagnant !

DSC_4151
On passe à Paul ?

DSC_4159
(Ne me dites pas que vous ne craquez pas sur ce sourire, je ne vous croirais pas. ❤)(Moi je craque en tout cas. ❤)

BREF, Monsieur Paul a donc décidé, pour son tout premier carnaval, de se déguiser en Mario Bros. Qui dit Mario dit salopette bleue électrique. Et devinez qui avait les chutes parfaites pour un tel projet ? C’est BIBI ! Et oui, cette salopette a été réalisée dans les chutes de ma robe de Noel ! 😉

DSC_4172
Il me restait pile poil ce qu’il fallait pour ce projet. J’ai cherché un modèle de salopette le plus basique possible, et comme souvent quand il s’agit de patrons simples et efficaces, c’est chez Peek a Boo patterns que j’ai trouvé.

DSC_4170
J’ai opté pour la salopette Okey Dokey Overall, en me simplifiant grandement la tâche : je n’ai pas cousu les poches devant, ni celles du dos, ni celles de côté. Je n’ai pas non plus cousu la fausse braguette, et j’ai surpiqué moins que ce qui était préconisé : en gros, j’ai surpiqué toutes les pièces où cela était nécessaire (la bavette par exemple), mais pas toutes les coutures (comme celles d’assemblage des jambes). L’idée était d’avoir la salopette la plus épurée possible. (Oui ça va, et gagner du temps aussi. 😀 )

DSC_4161
DSC_4160
J’ai opté pour le 4 ans, et comme vous pouvez le voir sur les photos, c’est un petit peu long pour Paul, mais je me dis qu’au moins il pourra en profiter plus longtemps.

DSC_4179
J’ai remplacé les boutonnières des côtés par des pressions, plus pratique pour l’habillage. Et pour coller le plus possible au personnage, j’ai remplacé les boucles par des boutons jaunes, trouvés à la Droguerie.

On vérifie le confort ?

DSC_4165
DSC_4167
Bah écoutez, ça semble être une affaire qui roule ! ❤

DSC_4171
Verdict : encore une fois, le costume ne m’a pas coûté grand chose, et je suis contente car il pourra la reporter pendant un petit moment (sans le tee-shirt peut être, pour éviter le total look. 😀 ). Comme d’habitude, je suis très contente de ce modèle de chez Peek-a-Boo Patterns, et cerise sur le gâteau, le modèle va jusqu’au 12 ans ! (Si jamais le grand frère veut tenter Luigi l’année prochaine. 😀 ). Un petit loulou ravi + un coupon de moins dans le stock + une maman fière comme Artaban = j’aime quand un plan se déroule sans accroc. 😉

DSC_4158
❤❤❤

Je reviens vite avec le costume de Juliette, et en attendant, prenez bien soin de vous ! ❤

La robe Claire

Cela fait un bail n’est-ce pas ? J’ai déserté ce blog ces derniers mois, c’est vrai. Et pas que ce blog d’ailleurs : Instagram, Facebook…j’ai coupé contact avec beaucoup de choses. J’en avais besoin. Souvent vous m’écrivez que mon sourire est contagieux. Il l’est, surtout parce qu’il est sincère. Je n’ai jamais su faire semblant. Et je ne pouvais pas venir ici alors que j’avais perdu mon joli sourire. Je n’aurais pas su vous servir le coup de la vie parfaite : je n’ai jamais su mentir. Alors j’ai attendu d’être prête, d’avoir envie. Que le sourire revienne. Et comme je vous avais confié le début de l’histoire ici, je me devais de vous raconter la suite, et la fin. Et le début d’autre chose.

J’avais mis beaucoup d’espoir dans ces cours de couture. Mais les choses ne se sont pas passées comme je les aurais souhaitées. Pour de multiples raisons (que je ne pourrais évidemment pas toutes évoquer ici) : les horaires, déjà, qui ne s’accordaient pas avec mon rythme familial. Je travaillais certains soirs, le samedi. Mes enfants ne comprenaient pas pourquoi je partais travailler alors qu’eux rentraient de l’école…et à vrai dire, moi non plus.

J’ai aussi eu des difficultés avec le fonctionnement de l’atelier, très flexible pour ses élèves…mais très stressant pour moi. Je gérais 4 élèves en même temps, qui pouvaient venir avec le patron de leur choix. Les élèves avaient le choix entre plusieurs créneaux, gérés par différentes interlocuteurs. Mon groupe d’élèves n’était jamais le même, et je ne savais pas toujours quel serait le projet de leur choix. Et pour moi qui m’imposais d’être la prof la plus compétente possible…cela s’est révélé être une exercice très stressant. Je stressais avant, je stressais pendant…et je stressais après. Combien de fois ai-je senti le sol se dérober sous mes pieds…parce que je butais sur une question technique toute bête.

La couture, qui était si nécessaire à mon équilibre, qui m’apportait tant de joie, était devenue source d’angoisse. Quand je voyais mes machines à coudre, je ne me rappelais que de tensions mal réglées, de surjeteuses désenfilées. Une nouvelle technique ne m’excitait plus : elle me terrifiait. Moi qui adorais scruter les vêtements, les vitrines, les défilés…tout ceci me laissait indifférente. Et le pire de tout…je n’avais même plus envie d’acheter de tissu. Alors que pendant 8 ans, le moindre temps libre, la moindre minute grappillée était consacrée à la couture…aujourd’hui, c’était tout…sauf ça. Je voyais mon coin couture prendre la poussière…et cela me rendait si triste.

Lentement, je me suis fanée. Le sourire a disparu.

Et puis, un peu par hasard, je suis tombée sur l’annonce d’une association qui cherchait une assistante administrative. Un mi-temps, le matin, pas loin de chez moi. Par instinct de survie je crois, j’ai postulé, sans trop y croire. Et ça a marché.

Et je suis si heureuse. C’est une association d’aide à domicile pour les personnes âgées, et je me sens utile. L’équipe est géniale. C’est une toute petite structure. J’y travaille depuis un mois, et le rythme est parfait pour moi, et ma famille. Chaque jour je suis contente d’aller travailler, et je me dis que c’est une chance immense. Je la savoure.

Je sais que beaucoup verront ce récit comme celui d’un échec, mais pas moi. Notre société actuelle nous pousse souvent à vivre de notre passion, à capitaliser notre « talent ». Certain(e)s y arrivent, et je suis admirative de leurs parcours. Personnellement, la couture restera un loisir. Un échappatoire, un exutoire. Une façon de m’exprimer. Un moyen de gâter mes enfants. Du plaisir. Rien que du plaisir.

(Pardon.)(On me refera pas je crois. 😀 )

Et maintenant, on arrête de tourner autour de mon nombril, et on cause couture. Pour de bon ! 😀

DSC_4092
Vous me connaissez, ma passion des robes chemise n’est plus à refaire. Dès la robe Amal finalisée, une version manches longues était notée dans mes projets automne-hiver.

IMG_6858
(Les deux petits croquis supplémentaires sont l’ ABasLesChutes de Juliette. ❤)

A la toute base, elle devait être réalisée dans un coton marine à pois de chez Agnès B. Mais en ressortant le coupon en décembre, j’ai compris qu’acheter du tissu pour un projet hivernal en plein été n’était malin : le coton était en fait un voile de coton ultra fin…absolument inadapté pour une robe avec des manches, censée être portée par temps froid. Et c’est en retournant le stock pour nos robes de Noel, que je suis retombée sur cette popeline de chez Mondial Tissus.

DSC_4093
Achetée il y a des lustres pour en faire une Bruyère version robe, cette popeline marine, parsemée de petits coeurs parme, était exactement ce dont j’avais besoin pour ma robe chemise. J’adore oublier des coupons dans le stock : on a l’impression d’être à Noel quand on les redécouvre ! 😀

DSC_4091
Je suis partie de la robe Sandrine, à laquelle j’ai tout simplement rajouté des manches (en reprenant les emmanchures de la robe Amal). Sur un coup de tête, j’ai eu envie de manches 3/4, soulignées par un bout de passepoil parme.

DSC_4100
DSC_4108
Et puis, quitte à poser du passepoil sur les manches, autant y aller gaiement sur le col tailleur !  Ayant coupé mon passepoil dans un petit coupon parme (acheté à la base pour y couper un col contrastant pour l’ABasLesChutes de Juliette), j’ai choisi de ne passepoiler que le col et le revers, et de faire mourir le passepoil à la croisure.

DSC_4075
J’ai toujours eu un faible pour les cols tailleur soulignés de passepoil. Un de mes patrons préférés est d’ailleurs le pyjama Carolyn de Heather. Mais comme je suis une grosse fégniasse qui préfère acheter ses pyjamas sur la Redoute (QUOI ???)(Allez-y, jugez-moi, JE M’EN FOUS ! 😀 ), c’était le moment ou jamais de me coller à cette technique.

DSC_4022
Enfin, le moment ou jamais, je sais pas, parce que poser du passepoil sur un col tailleur, sans aucun instruction pour m’épauler, et dans un désert de motivation couturesque…cela explique pourquoi cette robe, qui devait être à la base une robe de janvier, a pu être portée…à Pâques. 😀 Et bien évidemment, c’est à la fin du projet…que j’ai pensé à aller voir comment mes pyjamas à cols passepoilés étaient montés. UNE GAGNANTE JE VOUS DIS, UNE GAGNANTE !


BREF, au final je ne m’en suis pas trop mal sortie, même si j’aurais gagné à faire mourir le début du passepoil du revers, plutôt que de vouloir créer une jointure invisible avec le passepoil du col. Cela crée une épaisseur qui n’était pas nécessaire.

DSC_4099
M’enfin, là on est vraiment sur un micro-détail. Tiens, en parlant d’un micro-détail qui n’a pas échappé au cher et tendre…

DSC_4040
« ELLE EST PAS UN PEU COURTE TA ROBE ??? »

DSC_4024
En général, mes jupes mesurent toujours 50cms, et celle-ci a perdu 2cms, sans que je ne comprenne vraiment comment. Bien évidemment les 2cms perdus n’ont pas échappé à l’oeil de lynx du mari. Note pour la prochaine : on rajoute les 2cms qui manquent !

DSC_4030
DSC_4028
Concernant les finitions intérieures, j’ai opté pour une parementure complète, qui englobe aussi les emmanchures, me permettant de cacher les marges de couture des emmanchures.

DSC_4107
DSC_4103
DSC_4104
Et quitte à faire des coutures rabattues partout, j’ai terminé la parementure avec du biais. Les boutons marine en nacre mat proviennent de la Maison d’Ursules.

DSC_4049

Verdict : écoutez, cela fait des mois (voire des années) que je suis ULTRA critique sur toutes mes productions. Il y a toujours un détail qui ne va pas, un point qui aurait pu être amélioré. En passant celle-ci pour la première fois, j’ai juste ressenti…une vraie satisfaction. Elle était jolie, elle me ressemblait (DES COEURS PUREE ! 😀 ), elle était très bien réalisée et surtout…elle me tombait parfaitement. Et pour la première fois, je m’autorise à le penser. A profiter d’un ouvrage sans être bouffée par un perfectionnisme inutile. Il faut croire que la pause a été salutaire à de nombreux niveaux. 😀

DSC_4086
Avant de vous quitter, je voulais remercier toutes les personnes qui m’ont écrit, et qui se sont inquiétées de mon absence. Vous le savez, je n’ai jamais pris ce blog au sérieux. Je me suis même auto-proclamée « blogueuse en carton ». 😀 Je refuse tout partenariat, tout test (hormis ceux de Deer and Doe). Je ne fais pas de podcasts, de tutos, d’anniversaires, de concours, ou je ne sais quoi encore qui ferait augmenter mon nombre de followers. Tout ça me dépasse allègrement.

Alors évidemment, en prenant des distances je ne pensais pas recevoir tant de messages. Et votre sollicitude à tous m’a beaucoup, beaucoup touché, et aidé aussi dans ces moments un peu difficiles. Alors merci à tous.

DSC_4059
Une très belle semaine à tous, et surtout, prenez soin de vous. ❤

(NB : pourquoi la robe Claire ? Parce que j’avais une élève qui adorait le passepoil et en posait un peu partout. En démarrant cette robe je lui avais promis qu’elle porterait son prénom. C’est chose faite ! 😉 )

La robe de Noel de Juliette

Oui je sais, on est mi-janvier et j’en suis encore à vous parler de nos robes de Noel. C’est pas ma faute, c’est l’hiver qui a kidnappé toute mon énergie. 😀

DSC_3471
(RHA sa bouille ! ❤ )

Point d’ #ABasLesChutes ici : cette robe n’a pas été pensée à partir de chutes, mais bien réfléchie en amont, au moment d’acheter notre tissu. Quand je me suis mise à dessiner ma robe, j’ai demandé à Juliette ce qu’elle avait envie de porter à Noel. Mademoiselle souhaitait donc une robe (sans blague), avec une jupe qui tourne (SANS BLAGUE !). Je n’ai pas réfléchi plus de 10 secondes au choix du patron : la Tinny Dress me tendait les bras !

DSC_3475
Mais cette fois-ci, je n’allais pas foncer tête baissée : mes deux essais précédents s’étant avérés à chaque fois trop larges (number one)(number two), j’ai donc pris le temps de bien comparer mon patron aux mensurations de Juliette. Nous sommes donc parties sur une taille 4 ans en largeur, pour du 6 ans en longueur. J’ai simplement remonté la taille du patron, pour qu’elle colle à la taille naturelle de Juliette. J’ai rallongé les manches courtes en manches 3/4, et opté pour un corsage simple, sans fioriture. En croisant les doigts pour que cette fois ci, cela marche !

DSC_3472
Et le résultat est tout de suite plus sympa quand le corsage est correctement cintré sur sa petite propriétaire ! J’ai donc monté simultanément nos deux robes, quand, à 24h de Noel, Juliette procéda à un premier essayage rapide, au moment où j’allais poser la fermeture éclair. Nos deux moues dubitatives se firent écho : la robe était belle, mais il manquait quelque chose. Nous tergiversions quand Juliette s’écria : « un col ! » MAIS BIEN SUR ! Et ce n’est pas comme si le patron en proposait une demi-douzaine. 😀

DSC_3466
Juliette a opté pour le col Claudine basique, que j’ai coupé dans le même tissu que la doublure de sa robe : un mélange coton-soie ivoire de chez Bennytex. Et quelle belle idée elle a eu, car le col termine impeccablement la robe !

DSC_3478
La jupe est donc une vraie jupe cercle, ce que Juliette a eu à coeur de nous prouver le soir de Noel. (Encore un miracle qu’aucun verre n’ait fini au sol. 😀 )

DSC_3459
DSC_3442
Le corsage est doublé, et toutes les finitions sont les mêmes que celles de ma robe : coutures rabattues partout et couture de propreté aux emmanchures.

DSC_3731

DSC_3732

Et le dos est terminé par une fermeture invisible.

DSC_3467
DSC_3469
DSC_3445
DSC_3470
Verdict : je laisse le sourire du dessus répondre ? ❤ Je suis vraiment contente d’avoir obtenu une robe joliment cintrée sur Juliette depuis ce patron. Je trouve ce dernier vraiment bien pensé : le style est craquant, les explications très lisibles, et le nombre d’options permet d’obtenir une robe différente à chaque réalisation. Et cerise sur le gâteau : le modèle va jusqu’à 12 ans ! Je viens de couper un #ABasLesChutes depuis ce patron : j’ai transformé le corsage de la robe en petit haut avec dos boutonné…j’espère qu’il sera lui aussi une réussite !

DSC_3474
Je vous souhaite une belle fin de semaine, et prenez soin de vous !

Win & Fail 2017

Je crois que mon bilan de l’année dernière vous avait beaucoup plu : on se le refait cette année ?

Untitled

Je récapitule le principe ? En général je publie mes ouvrages dès la fin de leur réalisation. Je n’ai pas vraiment le recul de leur portabilité. Ce bilan sur un an me permet de voir les cousettes portées, celles qui le furent moins, les échecs, les réussites…et de vous prouver que :

  • oui, j’ai la place de ranger toutes mes robes, car elles ne sont pas toutes des winneuses
  • oui, même avec de l’expérience, on peut encore se planter…et ce n’est pas grave !


~~~DECEMBRE 2016~~~

dsc_8877
Zéphyr à manches longues : Semi-fail. En soi je n’aime pas cette robe : d’un, sa composition 100% polyester fait que j’y transpire beaucoup. Et de deux, je trouve ce jersey milano trop mou : il colle mes formes et rend la robe bien moins flatteuse que souhaité. Mais voilà, on ne lutte pas contre le confort du jersey : je la porte tout de même, en mode « pyjama secret » ! 😀

dsc_9012
Nettie & Zéphyr, les nouvelles copines : prenons ici les pièces séparément.

Nettie : 100% WIN ! C’est un de mes basiques. Même si je le porte encore trop peu à mon goût : j’adore les jupes, mais définitivement, j’ai davantage le réflexe de passer une robe le matin. Et c’est encore pire en hiver.
La jupe Zéphyr : Semi-fail. Jamais porté depuis cet article. Et je me rends compte que c’est bien dommage. (C’est d’ailleurs pour ça que je la catégorise en Semi-fail : je ne l’ai jamais portée mais je compte bien le faire un jour ! A contrario des Fails qui n’ont pas été portés et qui ne le seront jamais).

dsc_9276
La jupe de Noël : Semi-Fail. On va appeler ça le syndrome de la jupe maudite : t’aimes le style, t’aimes la coudre, t’aimes la porter le temps de la séance…mais t’es pas fichue de la sortir de l’armoire ensuite. (Résolution 2018 : arrêter de me mettre la pression + porter davantage mes jupes en hiver !)

~~~ JANVIER  2017~~~

DSC_9444
La robe Cathy, Aubépine d’hiver : 100% WIN ! Je porte beaucoup cette robe, c’est un vrai doudou. Et à chaque fois je me dis la même chose : fais toi en une autre !

DSC_9469
Nouvelle Darling Ranges : 100% WIN ! J’aime beaucoup cette robe aussi, que j’adore porter au printemps et en automne. Jambes nues et derbies camel : c’est ma robe facile à vivre.

~~~MARS  2017~~~

(Aucune publication en février – merci l’entorse)

DSC_9629
Quand Wanted rencontre Moneta : 100% WIN ! Même si en terme de couture elle a des défauts, je la porte tout de même. J’adore sa couleur, la féminité du corsage. Et puis, le confort du jersey… (Faut se faire un hashtag nan ? Genre #lapuissancedujersey ? #pyjamasecret ?)

DSC_9806
Luzerne : 100% WIN ! Il ne m’a pas quitté de tout le printemps, et une bonne partie de cet automne. Tant et si bien que je compte en coudre une version plus automnale en 2018, parce que le beige ne matche pas terrible avec ma garde robe automne-hiver.

DSC_9827
Goji : 100% WIN ! Et je vous l’écris avec beaucoup de surprise, car je ne pensais pas que je la porterai tant que ça, et à vrai dire, si ! Elle est hyper confortable : associé à un petit polo rouge framboise et des sneakers blanches, je tiens un look sportswear mais toujours féminin. (bon Dieu je parle comme un magazine féminin. 😀 )

~~~AVRIL 2017 ~~~

DSC_0191
La robe Carrie : Fail ! C’est avec cette robe que j’ai compris l’intérêt de la colorimétrie. Et définitivement, les couleurs pastels ne me vont pas du tout. Quand je la vois dans ma penderie, j’ai l’impression de croiser une chemise de nuit. J’ai du la porter 2 fois suite à cet article.

DSC_0577
La robe Nissa : 100% WIN ! Voyez, en ressortant sa photo, un sourire énorme s’est affiché sur mon visage. C’est exactement ce que me procure cette robe : une joie immense ! J’adore cette robe, sa couleur, son confort, les souvenirs qui lui sont associés. C’est la robe que j’ai le plus porté cette année je crois. Elle me « ressemble ».

~~~MAI  2017~~~

DSC_0807
La robe Lio : Semi-fail. En fait, si l’on se place d’un point de vue « utilisation au quotidien », c’est un Win car je l’ai beaucoup portée. Je suis dingue de ce motif et de ce rouge éclatant. Mais si l’on se place d’un point de vue « confort », c’est un Fail, car le corsage étant trop court, la ceinture élastiquée remonte sans arrêt. Je suis toujours en train de tirer dessus pour la replacer, ce qui gache le plaisir de la porter. Semi-Fail donc.

~~~JUIN 2017~~~

DSC_1004
La robe Amal : 100% WIN ! Même si j’avoue que je choisis bien les jours où je veux la porter. Les petites mancherons donnent un style très marqué à la robe, c’est un détail qu’il faut assumer.

DSC_1271
La robe Katy : 100% WIN, et croyez moi, là aussi c’est une surprise ! Je pensais vraiment que je ne porterai pas ce jaune un peu passé, et en fait, cette robe est devenue ma robe Juvamine de 2017. Dès que je me sentais chafouine, triste, un peu ronchon : PAF, je la ressortais du placard, et HOP, comme par magie, je retrouvais la pêche. Vous croyez que porter des ananas a une valeur thérapeutique ? 😀

~~~JUILLET 2017~~~

DSC_1483
Zéphyr à bretelles : Semi-fail. Avec du recul, je trouve que les rayures horizontales de la jupe alourdissent ma silhouette. Donc je l’ai porté, mais sans grand enthousiasme. Je garde précieusement le patron sous le coudre, et zieute pour le parfait jersey pour la reproduire cet été. 😉

DSC_1530
La robe Juliette : 100% WIN ! Que j’ai aimé la porter…elles me rappellent nos vacances italiennes… (voilà, on arrive officiellement au moment du bilan où je vais chouiner toutes les 3 phrases, à base de « l’hiver ça pue, c’est nul » ou autre « ma garde robe d’été me manque » et le fameux « de toute façon le printemps c’est dans 70 jours »)

DSC_1684
La robe Donna : (je viens de crier « MA BEAUTE !!! »)(Véridique ! 😀 ) 100% WIN, évidemment. ❤ Mais que j’aime cette robe ! ❤ Sans doute ma préférée de cette année. ❤

~~~AOUT 2017~~~

DSC_1809
La robe Catherine : 100% WIN ! Je l’ai beaucoup porté aussi, elle est si légère qu’elle est idéale dans nos contrées caniculaires. (Et c’est là que je me rends compte que vraiment, je suis plus inspirée en été. J’ai plus d’idées, plus d’inspiration, plus d’envie.)(Peut être que je suis un ours et qu’il faut que j’hiberne ???)

DSC_2048
La robe Sandrine : 100% WIN ! Ah oui mais en fait non, mes robes préférées de 2017 sont la robe Donna ET celle-ci. Celle-ci, je vais être franche avec vous : je ne me suis toujours pas remise de son confort. Parfois je la passais en me disant : « ah oui mais robe chemise ultra cintrée en popeline, zéro élasticité, arf, je vais peut être me sentir un peu engoncée ». MAIS QUE NENNI ! Je pense que de toutes mes créations de cette année, cette robe est la mieux ajustée.

~~~SEPTEMBRE 2017~~~

DSC_2589

La robe Diana
: 100% WIN ! Tellement Win qu’à l’heure où je vous écris, je couds la petite soeur hivernale. ❤

~~~OCTOBRE 2017~~~

DSC_2852

La robe Eve : Semi-fail. Je ne l’ai pas beaucoup porté depuis sa réalisation, ce qui est dommage. Je la porterai sans doute davantage au printemps, car le crèpe est fin.

DSC_2941

La robe Clémence : Semi-fail. Difficile d’évaluer celle ci car c’est une robe à manches courtes cousue juste avant la chute des températures. Elle a forcément été peu portée pour l’instant, mais je pense qu’elle sera portée à l’avenir. J’ai remarqué en règle générale que je porte plus facilement des robes trop petites que trop grandes. J’aime me sentir « contenue » dans mes vêtements : dans une vie antérieure j’ai dû porter des corsets. 😀

~~~NOVEMBRE 2017~~~

DSC_3104

Duo de sorcières
: 100% WIN ! En ce moment c’est ma robe « je n’ai pas envie de réfléchir ». Pas motivée ? Hop, des collants dentelle, mon gilet Miette en noir, de beaux bijoux, mon rouge pupute et hop ! Prête à dévorer le monde. 😉

~~~

On récapitule ? 15 WIN / 7 Semi-Fail / 1 FAIL. L’année dernière, j’avais listé 32 ouvrages (14 WIN / 11 Semi-Fail / 7 FAIL). Cette année 23. La différence s’explique par le fait qu’une bonne partie des ouvrages de 2017 sont patronnés par mes soins : c’est évidemment plus chronophage qu’utiliser un patron tout prêt. Cela explique aussi la prédominance des WIN : une robe dessinée à mon goût et à mes mesures aura davantage de chance de finir en WIN qu’en FAIL, même si au final, le bilan montre que personne n’est à l’abri d’un mauvais choix de tissu.

Alors que retenir de ce bilan ? Certainement pas ces chiffres qui ne veulent rien dire. Certains diront que j’ai une grande productivité : croyez-moi, si l’on compare à d’autres blogueuses c’est peu. Non. Ce qu’il faut retenir, c’est que tout le monde, je dis bien tout le monde, se plante. Longtemps, j’ai dit que la couture était facile. C’est faux. Réussir à associer un style, une morphologie, un patron, et un tissu, c’est dur. Très dur. Mais cela s’apprend. A force de manipuler des étoffes, à force de les coudre, de les porter, vous allez gagner en expérience. Faites des bilans : cela vous permettra de voir les pièces que vous portez beaucoup, celles que vous portez peu. Cela vous permettra de cibler votre style. Testez les marques de patrons : elles ont chacune un style et surtout un bloc de base. Soyez fidèles à celles qui vous subliment, à celles qui vous tombent bien. Et n’ayez pas peur de vous planter, surtout pas : ce ne sont pas des échecs, mais des leçons. 😉

Je vous embrasse bien fort, et prenez soin de vous. ❤