La robe Nissa

Je crois que mon principal défaut en couture est l’impatience. C’est bien simple : c’est toujours au milieu d’un projet que ma tête se met à cogiter sur le prochain. Résultat : les finitions sont souvent cousues à la va vite, ce qui est, vous en conviendrez, fort idiot puisqu’elles sont justement la première chose que l’on voit sur une cousette. Et souvent, trop souvent, ce défaut me joue des tours. Mais je crois que la robe Nissa m’a donné une bonne leçon. 😉

DSC_0576
J’avais une revanche à prendre avec le patron de ma robe de base : si j’ai depuis bien rentabilisé la version sans manche et celle à bretelles, je n’avais toujours pas une version totalement validée avec les manches. A la base, je voulais me la coudre pour la Saint-Valentin, dans un beau satin de coton rouge. Mais mon entorse + l’incapacité de trouver le parfait tissu à mon goût ont eu raison de ce projet.

DSC_0526
Les semaines ont passé, le printemps s’est annoncé, ainsi que nos vacances de Pâques attendues depuis des mois. Cette année l’arrière pays niçois était au programme, et j’ai eu envie de me coudre une robe pour le fêter. Et c’est en surfant sur le site de Bennytex que je suis tombée sur ce coupon de satin de coton rouge corail : sa teinte m’a tout de suite fait penser aux murs du Vieux Nice. Lumineuse et vibrante : la revanche avait donc sonné, et c’est à Nice qu’elle serait célébrée. 😉

DSC_0496
En ce moment je me passionne pour le patronnage des manches : après celles « papillon » de la robe Carrie, j’ai eu envie de patronner des manches ultra courtes, qu’on appelle « cap sleeves » en anglais. J’avais adoré ce détail sur la robe Rue de Colette : je trouve qu’elles mettent l’accent sur les épaules et équilibrent plutôt bien les morphologies en A. Ce type de manches n’étant pas développé dans mon bouquin Esmod, et ne voyant pas ma prof de modélisme dans l’immédiat, j’ai un peu bidouillé, en m’aidant de tutos trouvés sur le net.

DSC_0527
Vous l’apercevez à peine sur ce cliché, mais j’ai choisi de doubler les manches, pour obtenir un ourlet bien propre. J’ai opté pour une encolure coeur, et ma jupe cercle sur mes mesures. (= moins évasée au dos pour ne pas plomber ma silhouette, et avec davantage de godets sur le devant pour obtenir une belle amplitude et cacher mon petit bidou)(le Papillon, roi de l’embrouille. 😀 )

DSC_0498

DSC_0494
Nous sommes à quelques jours de notre départ, et je dois faire vite si je veux la glisser dans nos valises : je monte le tout, procède à de belles finitions, la passe enfin, et PATATRAS C’EST LA CATA, je me rends compte de ma belle bourde…j’ai oublié de stabiliser mon encolure avec un droit fil.

IMG_3687
Vous le voyez sur cette photo prise pendant nos vacances : sur le décolleté, côté gauche, la petite vague sur l’encolure ? Le satin de coton contenant de l’élasthanne + la découpe dans le biais ont donné une association funeste : sans grande surprise, l’encolure s’était distendue.

Cela ne m’a pas empêché de la porter pendant nos congés, mais quand même, j’étais assez fâchée. Ces vacances avaient été trop belles pour que cette robe, qui y serait à jamais associée, souffre du moindre défaut. Alors j’ai pris mon courage à deux mains, et défait tout mon corsage à notre retour.

DSC_0593
Oui, la couture à la main de la taille…les coutures de propreté sur les emmanchures (le résultat est toujours magnifique, mais bon Dieu que c’est pénible à coudre !), ma sous piqûre ET la couture de l’encolure…

…autant vous dire que j’ai bien retenu la leçon : TOUJOURS. STABILISER. SON. ENCOLURE !

DSC_0546
Bon, on entrevoit encore à peine où la couture s’était distendue, ma bande de thermocollant droit fil n’ayant pas réussi à faire un miracle complet, mais le résultat est tout de même bien plus joli qu’au début.

DSC_0579
Je suis très contente de ce satin de coton, qui est tout de même proposé à un prix imbattable. (rien de sponsorisé ici, je le rappelle)(enfin, c’est le mari qui me l’a offert, ça compte comme un sponsor ? 😀 ). Pour cette robe j’en ai à peine utilisé un tout petit peu plus d’1 m : je vais précieusement garder le reste de mon coupon.

DSC_0525
Et le grand avantage du satin de coton, c’est son tombé un peu lourd ! Et donc parfait pour y tailler une jupe quand tu habites dans le pays du Mistral : aucun risque de voir la jupe voler au vent et découvrir tes dessous. 😉

« Fais quelque chose avec tes mains, n’importe quoi, mais change de pose ! »

DSC_0557
« Bon, ok, reprends ta pose. » 😀 😀 😀

DSC_0541
Le dos est terminé, comme toujours, par une fermeture invisible, et le corsage ainsi que les manches sont doublés avec une doublure de chez Mr. Albert.

DSC_0542
Verdict : revanche prise, et défi relevé, je suis vraiment contente d’avoir enfin une version validée de ma robe de base avec des manches.Cette teinte est un bonheur à porter : très flatteuse, elle me donne instantanément la pêche. Et je suis toujours aussi fan du satin de coton : appréciant porter mes vêtements bien ajustés, l’élasthanne qu’il contient me permet de patronner avec peu d’aisance, tout en reniant pas mon confort : magique !

DSC_0577
Je vous souhaite à tous une belle fin de semaine : courage pour survivre à ce week-end électoral qui nous attend, et n’oubliez pas d’aller voter surtout ! 😉 Et évidemment, prenez bien soin de vous. ❤

La robe Carrie

Je crois que chacune de mes robes pourrait être un scénario de film. Cela démarre toujours par un coup de coeur, suivi de doutes, d’obstacles, avec un twist final qui fait sécher les larmes et ramène le sourire. Celle ci ne déroge pas à la règle. Et même davantage : elle a été inspirée par une grande actrice.

DSC_0198
Nous sommes le 26 décembre : Carrie Fisher a fait une crise cardiaque quelques jours plus tôt et tous les fans de Star Wars s’inquiètent pour leur princesse. Je tombe par hasard sur cette photo d’elle, portant une robe noire avec de superbes volants sur l’encolure.

IMG_3110
J’ai tout de suite un coup de coeur pour cette robe, et en dessine rapidement un croquis. Le volant de l’encolure est remplacé par des manches papillon. Je me dis ce soir là qu’il serait agréable de coudre cette robe pour le printemps : évidemment Carrie Fisher sera à ce moment là rétablie. Il était impensable qu’elle puisse nous quitter si jeune.

Et puis 2016 n’a pas failli à sa réputation de faucheuse de souvenirs, et a emporté avec elle Carrie, rejoignant David, Leonard, Alan, Prince, George…et tous les autres.

Je ne sais pas vous, mais je n’étais pas mécontente que 2017 s’annonce enfin.

Les semaines ont passé, et cette robe restait dans mon coeur : j’attendais le tissu parfait pour elle. Et puis un jour, au gré d’une newsletter Bennytex, le coup de foudre pour cette fibranne de viscose : des fleurs, des oiseaux, de belles teintes…il était impossible de faire plus printanier. Et à la réception je ne fus pas déçue : très souple, très doux, suffisamment opaque pour ne pas être doublé. La robe Carrie était sous mes yeux.

DSC_0196
Je suis partie de la robe Papillon : j’ai supprimé le cache-coeur, coupé mon devant sur la pliure et creusé un décolleté en V.

DSC_0253
Comme prévu, j’ai rabaissé de 2cms la ligne milieu de mon devant, évitant que ma poitrine ne remonte trop la taille élastiquée. J’ai modifié en accord ma ceinture devant, et n’ai rien touché à la jupe, que j’adore ainsi.

DSC_0114

DSC_0184

DSC_0174
On pourrait penser que la réalisation s’est faite sans encombre : c’était sans compter sur ces manches papillon. Mais là encore, j’ai appris quelque chose de fondamental avec cette robe.

DSC_0207

DSC_0191
Souvent, quand en cours de modélisme j’hésite sur la longueur d’une manche, l’évasement d’une jupe, ou le décolleté d’une encolure, ma prof me répond toujours la même chose : « montre moi ton dessin initial ». Parce qu’au final, absolument tout part de là : d’un croquis. Le plus difficile finalement étant de mettre en accord ce que l’on ressent et ce que l’on réalise. Et ici, typiquement, j’ai réagi à l’envers. Sur mon croquis plus haut, j’ai dessiné des manches plutôt courtes. J’ai alors patronné au démarrage des manches évasées, mais relativement courtes. Et au premier essayage, je fus déçue : tout simplement parce qu’au fond de moi, j’avais envie de manches plus longues. Mais j’ai mis plus de 5 toiles avant de le comprendre !

IMG_3528
Dorénavant je saurai qu’avant de patronner quoi que ce soit, je dois impérativement être en accord avec mon croquis. Notez que maintenant, je peux évaser une manche façon Esmod les yeux fermés. 😀

DSC_0194
♫ « I’m a Rocket Man, Rocket Maaaaaaaaan, Burnin’ out this fuse Up here alone » ♫

Et c’est quand je pensais qu’enfin, la robe était finie, que je me suis rendue compte que l’ourlet s’était distendu.

DSC_0035
Vous vous rappelez ma mésaventure avec Réglisse ? Vous pensez bien que cette fois ci j’ai pris le temps de faire correctement les choses : j’ai sorti mon arrondisseur de jupe, et repris l’ourlet de la robe. La craie blanche étant invisible sur mon tissu, je l’ai mélangée avec un peu de fard à paupières : et ça marche plutôt pas mal !

DSC_0203
Mieux ainsi pas vrai ?

DSC_0260
L’envers de la robe est toujours fini de la même façon : le corsage ainsi que la ceinture sont doublés, la couture des manches cachée sous la doublure, et la doublure de la ceinture cousue à la main sur la jupe. Comme seulement 4 coutures étaient visibles, je les ai piquées à l’anglaise.

DSC_0146
Verdict : elle devait être ma robe de Pâques, mais j’avais tellement hâte de la coudre que j’ai préféré étrenner le printemps en sa compagnie. La douceur et la fluidité du tissu en font une robe très agréable à porter. Et ces fleurs sont tout ce que j’ai envie de porter en ce moment : définitivement, je suis bien plus inspirée par les beaux jours !

DSC_0214

Je vous souhaite à tous une belle fin de semaine, et prenez soin de vous. ❤

DSC_0190

A Bas les Chutes ! #43

(43ème édition ???) (J’en aurais cousu un paquet de trucs à partir de chutes ! ^^ )

BREF, comme promis, je reviens avec une petite cargaison d’ #ABasLesChutes. On déroule le fil de manière chronologique ?

DSC_9953
Ici vous reconnaissez donc les chutes de mon Aubépine : il ne me restait vraiment pas grand chose, mais j’ai eu envie de tester la culotte en chaine et trame, n’en ayant cousu qu’en jersey auparavant. Je connaissais la popularité de la culotte Bel-Air, mais ayant trouvé un patron gratuit sur Thread and Needles, je me suis dit que ça ne coûtait rien de l’essayer.

DSC_9954
Bon, je vous le dis tout de go : je ne suis pas fan de ce patron. Déjà, au niveau des mensurations du tableau il vaut mieux ne pas être épaisse. De mémoire j’ai du tracer mon patron en 40/42 et je l’enfile tout juste. De plus, je ne suis vraiment pas fan des coutures côtés qui sont décalées sur le devant. Cette culotte n’est pas une franche réussite, mais ce n’est pas grave : je saurai quel patron essayer si d’aventures des chutes en chaîne et trame s’y collent. Même si je préfère porter des culottes en jersey. (l’élastique provient de chez Mercerie Extra).

On passe aux chutes de la Darling Ranges ?

DSC_9887
J’ai eu envie de coudre une chemise pour ma puce. J’ai choisi pour se faire le patron 137 du Burda de Novembre 2013.

IMG_3512
J’ai opté pour la taille 116, et comme vous le pouvez le voir sur les photos, elle est assez large pour Juliette. Mais comme je le dis souvent : à l’allure où poussent ces petites choses, il vaut mieux plus grand que l’inverse ! 😉

DSC_9906
N’ayant pas assez de tissu pour faire les manches longues, j’ai tenté les manches 3/4. Sauf qu’elles étaient vraiment larges au niveau des ourlets, puisque de base l’ourlet des manches est froncé et fermé avec un bracelet de manche. J’ai alors opté pour une coulisse élastiquée.

DSC_9900
DSC_9898
L’encolure est finie avec du biais, et la patte de boutonnage est rapportée.

DSC_9914
Coucou les boutons recouverts ! (J’adore faire ça, pas vous ?)

DSC_9903
Verdict : du Bubu comme je l’aime, simple, efficace et joliment fini. Juliette quant à elle adore le tissu, qu’elle trouve très agréable à porter. Chutes rentabilisés / armoire remplie = l’équation d’un Papillon heureux ! On passe aux chutes de Wanted ?

DSC_9918
Vous le savez, je coupe toujours mon ouvrage principal et mon #ABasLesChutes en même temps. Ce coup-ci, j’étais vraiment heureuse car j’avais réussi à caser ma robe, un tee shirt pour mon homme et même une petite culotte pour Juliette. Mais ça, c’était avant de me foirer sur l’encolure de Wanted.

DSC_9942
Devant recouper un devant et un dos pour mon corsage, j’ai sacrifié le tee shirt de l’homme, bien à contrecoeur. Il me restait donc 2 manches courtes taille homme, et des morceaux par ci par là, que j’ai réussi à combiner pour Juliette, en utilisant ce patron Burda :

IMG_3513
Nous sommes donc face à la robe 148 du Burda d’aout 2014. Le corsage de la robe est destiné à du jersey, la jupe à du chaîne et trame. Je n’ai utilisé que le haut, coupé le dos sur la pliure, creusé l’encolure et raccourci les manches.

DSC_9927

DSC_9944
Par manque de tissu, j’ai du scinder mon devant et mon dos en 2 parties. Voulant optimiser cette découpe, j’ai eu envie d’y ajouter un petit galon : je me suis donc rendue à la Droguerie. Etant incapable de choisir entre un galon bleu ciel, et un autre rose fuchsia, j’ai acheté 1m des 2 et laissé la puce choisir. Comme vous pouvez le voir, c’est le bleu qui a remporté la mise !

DSC_9929
Cet ouvrage m’aura appris un point technique assez intéressant : le top étant assez court, j’ai eu envie de le terminer par un ourlet roulotté, et je me suis dit que l’occasion était belle de tester l’ourlet dit « laitue », vous savez, le roulotté qui fait comme des petites vagues ? Sauf que mon jersey n’étant pas très élastique, ça n’a pas fonctionné du tout ici : les vagues étaient franchement minimes, limites imperceptibles. Je saurai qu’un roulotté laitue nécessite un jersey très élastique. 😉 Ici, un simple surfilage du bord + un repli à l’aiguille double a fait l’affaire.

DSC_9938
(Fin de séance, Juliette part en quenouille. 😀 )

Verdict : le top n’étant pas bien long, je sais d’avance que celui ci ne survivra pas à l’été, mais je suis tout de même ravie d’avoir réussi à produire quelque chose avec ce super jersey. Porté avec un petit short en jean, il sera parfait aux fortes chaleurs. Et la culotte alors ?

DSC_9955
Toujours mon patron Jalie 3242, ici en taille H pour ma puce toute fine, et elle lui va comme un gant ! Je suis vraiment super contente de ce patron : si vous respectez scrupuleusement le tableau des mesures, le résultat est toujours tip top.

DSC_9957
DSC_9941
Je vous souhaite à tous une belle fin de semaine, et prenez soin de vous. ❤

Marion, le gilet de l’entorse

Que Dieu bénisse le tricot en période de repos : ce gilet m’aura à la fois consolé, occupé…et tenu chaud, aussi. 😉


Il ne faut pas croire que j’ai tristement abandonné le tricot après mon échec avec Myrna. Après avoir séché mes larmes sur un duo snood/bonnet pour Tom et Juliette (il faut que je vous fasse l’article d’ailleurs)(c’est pas comme si on avait démarré le printemps hier)(ahem) BREF, j’avais commencé un beau châle en mohair, vaste étendue de point mousse d’une douceur inégalée, dont j’avais démarré la troisième et dernière pelote quand…BOUMBADABOUM, j’ai roulé sur un dévidoir de scotch et trouvé la raison la plus ridicule pour une chute. (Mon chirurgien en rit encore 😀 )

DSC_9703
Démarrer tout de suite Marion m’a consolé de ces jours de repos forcé qui m’attendaient, et a permis de m’occuper sans devenir complètement folle. Qui plus est, j’avais ce projet et la laine destinée depuis l’été dernier : il était temps de m’y coller.

DSC_9717
Alors je vous l’avoue tout de suite : je n’ai pas tricoté d’échantillon. Après avoir tricoté quelques rangs du dos, j’ai mesuré vite fait 10cm de mon point jersey. J’étais dans les clous sur le nombre de mailles, mais j’avais moins de rangs qu’il n’en fallait. Comme d’habitude, j’ai foncé sans réfléchir…l’amour du risque sans doute.

DSC_9682
Dans la tête pour toute la journée : c’est pour vous, c’est CADEAU ! 😀

Bon plus sérieusement, j’avance dans mon ouvrage, et arrivée au niveau de la taille, je comprends que le gilet va être beaucoup trop long si je suis les instructions. Grâce à Tassadit et son article sur son propre Marion, j’ai décide de raccourcir le mien, et bidouillé pour diminuer le nombre de mailles nécessaire au cintrage du gilet.

DSC_9699

On le devine à peine sur cette photo mais 2 côtes sont juste un peu moins épaisses que les autres. 😉

Le hasard faisant bien les choses, j’ai suivi les instructions pour les manches à la lettre, et au lieu des manches 3/4 initiales, j’ai obtenu des manches longues pile poil à la bonne longueur pour moi ! J’aurais pu vous dire que tout ceci était dût à une longue série de calculs…mais pas du tout, le hasard ici a bien fait les choses ! 😀

DSC_9653
Je viens de comprendre quelque chose d’essentiel avec cet ouvrage : la taille M est vraiment trop grande pour moi chez les patrons d’Andi. C’est en portant récemment mon tout premier Miette que la connexion dans mon cerveau s’est faite (oui, j’ai mis le temps 😀 ) : si chez moi la taille S est parfaite au niveau des épaules et de la poitrine, je dois simplement zapper quelques diminutions pour que la taille ne soit pas trop serrée. Vous le voyez sur la photo suivante que le gilet est un peu large sous les emmanchures.

DSC_9651
M’enfin, on est loin de l’accident industriel que fut Myrna : même si ce Marion est un petit peu large, je le porterai avec plaisir. Je l’ai tricoté en Nepal de chez Drops, en coloris brouillard. Un gris bleuté de toute beauté, avec de micro-touches violettes.

DSC_9693
Les boutons proviennent de la Droguerie. Grâce à la Parisienne en Helvétie, j’ai découvert l’existence des aiguilles courtes  : connectées avec un cable court, elles sont parfaites pour tricoter des manches sans se casser le nez sur le magic loop ! Rapide, facile, sans aucune démarcation au final : c’est carrément trop cool.

DSC_9655
Les torsades sont belles hein ? J’ai beaucoup aimé les tricoter, tout comme l’ensemble du gilet. Je ne me lasse pas des patrons d’Andi.

DSC_9684
Verdict : alors certes il est un petit peu large, mais je suis contente de ce gilet, qui, en plus d’être flatteur sur mes robes, est très confortable. Je suis toujours ravie de la laine Nepal, qui reste imbattable en rapport qualité prix. Mon châle étant fini, et ne sachant pas rester sur un échec, ce soir je démarre un nouveau Myrna dans une laine plus appropriée : souhaitez moi bonne chance ! (Aurélie, j’ai tricoté un échantillon, promis. 😀 )

DSC_9678
Je vous souhaite un bon début de semaine, je reviens dans quelques jours avec une petite session d’#ABasLesChutes, et en attendant, prenez bien soin de vous. 😉

Goji, nouvelle collection Deer and Doe

Comme promis, voici ma version de la jupe Goji !

DSC_9827
Je vais être honnête avec vous : quand j’ai découvert le dessin technique du short Goji, je suis restée dubitative. En revanche, j’étais intriguée par la version jupe. Ayant cousu il y a fort longtemps une jupe froncée de chez Burda, obtenant le meilleur régime grossissant express (tu la passes, tu prends 15 kgs direct 😀 )(bon, j’avais à l’époque utilisé une popeline, je reconnais aussi mes torts 😀 ), je fuyais depuis ce type de modèles. Je me suis donc portée volontaire pour le test de ce patron, plus par curiosité qu’autre chose. La jupe étant taille haute et élastiquée, même si le résultat n’était parfait, je gagnerai tout de même une jupe confortable pour l’été.

DSC_9818
Camille me prévient dès le début du test que la jupe n’est pas beaucoup évasée, et que si je souhaitais une jupe plus ample au niveau des hanches, il me fallait être plus généreuse sur la gradation. Je suis donc partie d’un 38 à la taille, pour graduer jusqu’à un 42 sur les hanches.

DSC_9821
(Oui j’ai 35 ans et j’aime avoir des jupes qui dansent quand je marche. Et je ne compte pas changer de sitôt. 😀 )

Personnellement, quand je dois coudre une pièce avec des fronces ou une ceinture élastiquée, je privilégie les tissus fluides, avec un beau drapé. Imaginant bien ma jupe dans une couleur chambray, c’était le moment ou jamais de tester le tencel des Coupons Saint Pierre.

DSC_9817
Attention, ne vous fiez pas à la couleur de mon tencel : l’ayant pré-lavé avec la robe maudite, il s’était retrouvé avec des traces roses partout. J’ai du le relaver en utilisant un produit anti-dégorgement : la teinte s’est donc légèrement éclaircie. (et le hasard faisant bien les choses, je l’adore ainsi !)

DSC_9840

DSC_9850
J’ai adoré coudre ce tissu, qui est un vrai bonheur à porter. Fluide et doux sur la peau : vous pensez bien que je garde précieusement le métrage restant pour une robe estivale !

Goji comporte donc une ceinture élastiquée assez ingénieuse : 3 coulisses sont créées, seules 2 sont élastiquées, et celle du milieu est destinée à un ruban que l’on noue.

DSC_9882
La jupe comporte deux grandes poches plaquées.

DSC_9885
Ma version test mesurant 4cms de plus que la version finale, je l’ai raccourci en accord et modifié légèrement la finition de l’ourlet. Normalement il faut surfiler le haut de la parementure et la surpiquer sur l’endroit. Mon tencel étant fin, j’ai préféré replier et coudre le haut de la parementure, puis la surpiquer sur l’endroit.

DSC_9884
Je crois que le premier mot qui me vient à l’esprit quand je pense à Goji c’est CONFORT. Cette jupe est vraiment agréable à porter. La ceinture élastiquée s’adapte à notre taille, et la jupe n’étant pas très volumineuse, elle reste tout à fait flatteuse.

DSC_9832
DSC_9830
Verdict : Je suis vraiment très contente de cette jupe. Portée avec des petites baskets blanches pour un style plus casual, ou mes Lotta dans un style plus féminin, je sais déjà que c’est une pièce que je vais souvent porter cet été. Et il faut dare-dare que je me motive pour me coudre un nouveau Nettie immaculé !

DSC_9849
N’ayant pas testé Hoya, mes billets sur la nouvelle collection s’arrêtent ici. 😉 Je vous souhaite à tous une belle fin de semaine, prenez soin de vous ! ❤

DSC_9814