Le manteau Sally

Depuis un peu plus de 5 ans maintenant, j’ai écrit de nombreux articles par ici. Mais celui d’aujourd’hui revet une importance toute particulière : pour l’ouvrage évidemment, mais aussi sa symbolique. Un article qui va évoquer à la fois mon plus grand échec et ma plus grande réussite…oui oui, tout ceci dans un même article.

DSC_3228
Tout a démarré il y a un an : une pièce faisait cruellement défaut à ma garde-robe, et cette pièce était un manteau. Un beau manteau. Cela faisait 8 ans que je me baladais un manteau du prêt à porter, acheté enceinte de Tom. Hyper sympa du reste, mais qui commençait à vieillir. J’avais bien cousu Pavot, mais l’association drap de laine + doublure en coton n’offrait pas une régulation thermique des plus efficaces. Non, il me fallait un manteau chaud, et patronné par mes soins. Ce fut donc le gros projet des cours de modélisme de l’hiver dernier.

IMG_1876
Tout est parti de ce manteau, repéré sur le fil Instagram de The Quirky Peach. Coup de coeur absolu pour ses découpes flatteuses, les détails recherchés, l’allure générale. Je m’en suis donc inspirée pour réaliser mon croquis.

IMG_2861
A la toute base, je le voulais rose. J’étais persuadée que mon coupon d’un lainage rose acheté lors d’une vente Agnès B serait suffisant…mais mes pièces de patron, une fois finalisées, n’y rentraient pas. Une toile du manteau extérieur avait validé mon patronage, et je ne voulais pas le ratiboiser. J’ai alors entrepris de chercher un lainage rose ailleurs…sans succès. Ceux que je trouvais étaient souvent truffés de polyester, ce qui ne me convenait pas. Et c’est en passant par hasard chez Mr. Albert que je suis tombée sur un beau lainage camel.

IMG_3281
100% laine avec une touche de cachemire : le prix était cher, c’est vrai, mais je voulais que ce manteau soit le plus chaud et le plus qualitatif possible. Sur les conseils de ma prof, j’ai investi dans une soie beige, achetée aux Coupons Saint Pierre. Et c’est le pied endolori par mon entorse que j’en ai démarré l’assemblage, serrant les dents sur les détails techniques, faisant fi de tous les signes du Destin qui me signifiaient bien que j’allais droit dans le mur.

IMG_6209
De multiples erreurs se cachent dans ce manteau. Le choix du lainage déjà : je souhaitais tellement que mon manteau soit chaud, que j’ai choisi un lainage bien trop épais pour mon modèle, qui nécessite un lainage souple, pour que le tombé soit joli. Dans la précipitation, j’ai fait une erreur en patronnant ma doublure : résultat, l’ourlet tire et n’est pas harmonieux. Et surtout, surtout…ce camel, dont j’ai voulu me persuader qu’il m’offrirait un style parisien chic et indémodable…et qui sur moi me donne l’air malade. L’échec était à la hauteur de toute l’énergie, le temps et l’argent dépensés pour ce projet : incommensurables.

J’ai mis des mois à me relever de cet échec, qui me rappelait qui plus est une période tristoune de ma vie. J’ai rangé en boule ce manteau dans un sac, l’ai caché pendant des mois et à la rentrée, je me suis enfin sentie prête à le recommencer.

DSC_3306
Mais cette fois-ci, hors de question de recommencer les mêmes erreurs : j’ai soigneusement sélectionné plusieurs lainages, commandé des échantillons, et ramené tout ceci sagement à ma prof, qui a pu me conseiller sur le meilleur choix : et c’est ce lainage 100% laine vierge de chez Tissus Actifs qui fut élu. Sa composition, ainsi que son tissage, convenaient à mon patron. Je n’ai pas réfléchi plus de 10 secondes à la couleur : mon dernier manteau était rouge, Pavot est rouge, j’adore cette couleur qui me le rend bien…adjugé vendu, il sera flamboyant ou ne sera pas. Et comme souvent, quand quelque chose doit se faire, miraculeusement les planètes s’alignent : j’ai trouvé cette soie fleurie chez Bennytex, qui s’associe parfaitement à mon lainage. Il n’était plus question de reculer.

DSC_3284
Croyez-moi, j’étais terrorisée à l’idée de me planter de nouveau. Les pièces sont restés un moment sur mon bureau. Et puis, en publiant mon échec sur Instagram, la Jolie Girafe le commente avec ces quelques mots : « dis toi que c’est l’heure de la revanche ». Ils m’ont fait l’effet d’un électrochoc : mais bien sûr, n’aie pas peur, lance toi ! Affronte ce challenge avec la niaque, et il te le rendra bien.

DSC_3336
Je me rappelle, pour le précédent opus, je souhaitais tellement que mon ouvrage soit parfait, que l’assemblage fut long et laborieux. Je n’étais jamais satisfaite, cousant et décousant inlassablement la moindre étape. J’avais fini par faire porter à ce manteau une charge d’ondes négatives incroyable. Pour celui ci, j’ai voulu privilégier le plaisir de la couture à la perfection d’un détail. Tant pis si mes boutonnières passepoilées ne sont pas rigoureusement identiques : je ne voulais pas haïr ce manteau avant de l’avoir porté. Et Dieu que j’ai bien fait !

DSC_3352
Il est donc mi-long, a des découpes princesse, et comporte plusieurs panneaux, qui s’évasent légèrement aux hanches. Le fit est assez cintré sur le corsage, mais avec l’aisance suffisante pour porter des épaisseurs en dessous.

DSC_3304
J’étais persuadée que pour avoir un manteau chaud, il fallait opter pour un lainage EPAIS, tripler le truc avec de la ouatine…en gros coudre un truc énorme. Ma prof m’avait répondu qu’au contraire, la qualité thermique d’un ouvrage réside dans le choix des matières choisies. Un lainage 100% laine vierge sera un bon isolant. Le choix de la doublure est primordial aussi : la soie étant un excellent régulateur thermique, elle vous tiendra chaud en hiver. Et pour avoir testé mon manteau sur un séjour parisien la semaine dernière, je le confirme !

DSC_3309
Vous pouvez voir sur cette photo à quel point mon lainage est souple, et s’adapte à mon modèle : l’ampleur reste flatteuse et maîtrisée.

Et parce qu’il fallait bien caser des fleurs quelque part…

DSC_3363
Au delà de la beauté du motif, la soie est délicieuse à porter. Je ne sais pas si une association de tissu peut me ressembler davantage !

DSC_3374
J’ai opté pour un col officier, qui me tient bien chaud entre deux bourrasques de mistral…

DSC_3258
…ajouté des pattes aux ourlets de manche…

DSC_3380
…et cousu une ceinture pour cintrer le manteau.

DSC_3261
Concernant les boutonnières, j’ai opté pour des boutonnières passepoilées, en suivant le tuto de Deer and Doe.

DSC_3378
DSC_3375
Les boutons, ainsi que la boucle de ceinture, proviennent de la Droguerie : j’avais eu un coup de foudre en les choisissant pour mon premier opus, et Dieu merci, ils se sont totalement adaptés à mon lainage rouge.

DSC_3379
DSC_3382
Les poches sont paysannes (hop hop le super tuto vidéo de Clo !).

DSC_3381
DSC_3244
DSC_3262

DSC_3243
DSC_3311
Le col, les parementures, les valeurs d’ourlet, les passepoils et les rabats de poche sont entoilés. Le col ainsi que l’ourlet des manches et du manteau sont glacés (la doublure et l’extérieur du manteau sont maintenus par un point lâche, cousu à la main).

DSC_3325
Verdict : j’avais un souhait, c’était celui de découvrir l’exposition Dior vêtue de mon manteau. Jusqu’à la veille au soir, je n’étais vraiment pas certaine de réussir à le porter. Ni qu’il serait réussi d’ailleurs. Et c’est en pleine nuit, en coupant le dernier fil, à repassant une dernière fois l’ourlet, que ça y est, j’ai su que la revanche était prise. Que le contentieux était bouclé. Mon manteau était fini, il était beau, il était prêt, il me tombait comme je l’avais espéré. Quelle joie et quel soulagement ! Voyez : on peut se planter, mais alors VRAIMENT se planter en beauté, et se relever. La valeur d’une couturière ne se mesure-t-elle pas à son empressement à rallumer la machine après une défaite ?

DSC_3355
Je vous souhaite une belle fin de semaine, et prenez soin de vous. ❤

78 comments

  1. Nathaliehcoud says:

    Bravo, il est magnifique et reflète bien ta personnalité ! Tu as bien fait de remettre le pied à l’étrier. Il te correspond parfaitement ! J’adore ton col officier et ta doublure. Nous sommes aussi en train de travailler sur un manteau en cours de patronage. Dans mon cours, par contre, le modèle est imposé: ce sera col tailleur, manches raglans et revers de manches. J’espère me remettre à publier bientôt pour le montrer. Je note qu’il ne faut pas épaissir trop un manteau. J’avais imaginé un loden (laine bouillie foulée) triplée avec un drap de laine… Ca risque de donner le même résultat que pour ton premier essai. A méditer donc… Bravo pour ton manteau, tu es ravissante !!! J’ai aussi visité dernièrement l’exposition Dior, c’est une vraie merveille !

  2. Cyqlaf says:

    Comme à la fin de chaque histoire menée avec autant de suspense, de rebondissements, de palpitations, de sentiments, j’ai envie de pleurer à la Happy End !!!
    Bravo !

  3. Céline says:

    La couture, école de la patience…Il est superbe, ce manteau, et il vous va très bien. D’ailleurs, votre histoire me rappelle la mienne : un temps fou passé sur un manteau que je ne porte pas (parce que franchement, on dirait plutôt une soutane). Du coup, grace à vous, c’est décidé : je déménage (chaque chose en son temps) et je le découds pour en faire un autre! Bravo et merci!

  4. Mélina says:

    Juste MAGNIFIQUE!!!
    J’adore le camel mais pour toi, c’est du ROUGE, assurément!
    Une belle revanche!!!!!!
    Pas possible de faire une veste pour Juliette dans le manteau camel? Par hasard??

    • Le Papillon says:

      Comme je l’explique plus bas, ce manteau porte une telle charge négative, je ne me sens pas le courage aujourd’hui de le reprendre. Un jour peut être, mais pas maintenant.

  5. ANNIE says:

    Bonjour,
    Superbe manteau, mais
    que veut dire ‘le col et l’ourlet des manches sont glacés’?? je ne connais pas ce terme en couture.
    Merci pour ta réponse.

  6. Vivi says:

    Tu peux vraiment être fière de ton manteau.
    Un gros travail super réussi malgré quelques déboires qui peuvent plomber à jamais la couture d’un manteau mais tu as su rebondir en beauté.
    BRAVO !

  7. Pascale says:

    Bravo. Tu es magnifique ! Tu as eu beaucoup de volonté et ça a payé. Ce manteau est une merveille. La couleur lumineuse est faite pour toi. La doublure est extraordinaire. Je suis contente pour toi que tu ne sois pas restée sur un échec. C’est une belle pièce qui t’accompagnera longtemps en toute circonstance.

  8. bottai says:

    il est superbe et cette couleur est très flatteuse
    quel plaisir de savoir que meme chevronnée on continue à faire des erreurs.
    Merci pour ton article il m’encourage à ne pas me sentir nulle devant mes echecs liés effectivement au choix du tissu .

  9. Flony says:

    Comme quoi, à quelque chose malheur est bon! Ni le camel, ni le rose d’ailleurs ne t’auraient mis le teint en valeur ainsi. Et le tombé du premier tissu rose n’aurait sans doute pas été idéal non plus.

    Je rêve de me coudre un manteau en suivant un patron, donc je retiens l’importance du choix des tissus.

    Quelqu’un sait comment on peut progresser à ce niveau? Même en palpant, c’est pas toujours évident d’imaginer le produit fini. Du coup, je n’arrête pas d’observer les vêtements achetés et portés par les gens pour apprendre. J’ai l’air d’une perverse du textile :-)!

    • Le Papillon says:

      Honnêtement, sur ce point, je crois que rien ne vaut l’expérience et les loupés. Avec le temps, on apprend à associer au mieux patron et tissu. C’est en forgeant…

  10. Corinne says:

    bonjour, j’adore. Et en plus j’ai appris quelque chose, le point lâche « glacée ». bon, il va falloir que je trouve une vidéo qui montre comment faire. Un gros gros bravo pour ce travail et cette persévérance.

  11. Lili du Breizhil says:

    Il est magnifique, quelle belle revanche. Merci pour le lien pour les tissus, j’écumais les sites ce week-end pour trouver un lainage de qualité. A bientôt.

  12. moineau16 says:

    Wahou, il est superbe, bravo pour tous ces détails bien réalisés et si jolis. Moi aussi j’aurais pensé que plus un manteau en laine est lourd plus il est chaud… j’ai appris un truc aujourd’hui 🙂

    • Le Papillon says:

      Ouh là, il porte tant d’ondes négatives ce manteau, pour l’instant je ne me sens pas le courage de le reprendre. Un jour peut être, mais pas maintenant.

  13. louise says:

    Oh là là mais quelle merveille !
    Ton manteau est vraiment superbe et te va à la perfection. Tu peux être fière de toi et ta persévérance, après toutes ces péripéties le résultat est plus qu’au top. Cette couleur te va vraiment bien en plus, j’adore !
    Bravo, tu m’épates toujours ! ♥

  14. dodie Plt says:

    il est totalement splendide!!! et la couleur est juste whaoouuuu
    Ce qui m’a beaucoup fait rire, c’est la quasi obligation de se coudre une tenue/un manteau pour une occasion : je monte ce we à mon tour voir l’expo Dior à Paris et j’ai cousu… un manteau (l’hémisféric de Pauline Alice) en me mettant une pression de dingue pour le finir à temps…à croire qu’on est parfois un peu dérangées du ciboulot hahaha
    Belle journée

  15. Kalmia says:

    Quelle belle leçon de persévérance. Tu m’as bien fait rire avec ton »style parisien chic et indémodable » et puis franchement, le « style marseillais pepsy, coloré et fleuri » c’est pas mal non plus 🙂 en tout cas, c’est comme ça qu’on t’apprécie. Je suis admirative, chacune de tes réalisations est plus bluffante que la précédente. Avec toi, rien n’est insurmontable. Merci pour ton exemple et bravo pour ce manteau parfait puisqu’il est rouge, fleuri et dansant. J’aime aussi beaucoup les boutons.

  16. Mademoiselle Bli says:

    Félicitations pour ce beau travail. La qualité de ton lainage a l’air terrible ! La fierté que tu ressens transparaît au travers de ton article 🙂 Quel plaisir de pouvoir concrétiser une idée tracée sur du papier !!!

    • Le Papillon says:

      Et qu’elle soit réussie surtout. Bizarrement, plus je couds et plus je me rends compte que l’exercice est ultra difficile. Réussir à matcher un patron, une morphologie, un style, et un tissu…le tout avec de belles finitions. En fait, quand cela marche, ça tient presque du miracle !

  17. Junelle says:

    Bravo, il est vraiment superbe et je suis admirative par tout le parcours de sa réalisation Tu peux être très fière de toi. Ça valait vraiment le coup de persévérer et de te faire confiance.

  18. Isabelle says:

    Bravo pour ce magnifique ouvrage et vos commentaires qui tiennent en haleine et donnent envie de s’y mettre. Ce manteau est parfait et vous va vraiment bien.

    • Le Papillon says:

      Oh que de beaux compliments, merci beaucoup Bénédicte ! Je ne sais pas si nous étions fait pour nous rencontrer, mais ce manteau ne me quitte plus depuis sa réalisation et j’en suis vraiment ravie. Sans rire il me motive parfois pour sortir de chez moi ! 😀

Laisser un commentaire