La robe de Noël…

…ou plutôt, le plan B de Noël. Croyez-moi, cette robe revient de loin. Comme nombreuses de mes robes d’ailleurs !

DSC_3604
(Par avance, je m’excuse pour l’aspect froissé de ma robe. J’ai eu beau la repasser avant la prise de photos, elle n’a pas aimé le micro trajet en voiture. Et honnêtement, je n’avais aucune motivation à refaire la séance. Pas blogueuse mode / bla bla bla / vous avez saisi l’idée générale. 😀 )

BREF, je travaille depuis septembre en cours de modélisme sur une robe assez complexe. J’espérais vraiment la porter pour Noël mais force est de constater qu’elle n’allait pas être prête à temps. Nous étions donc 15 jours avant le réveillon, et il me fallait trouver un plan B : une robe dont le patron soit validé, et suffisamment rapide et facile à monter.

DSC_3516
J’ai donc choisi de partir de ma robe de base : corsage cintré avec ses découpes princesse, et ma jupe demi-cercle sur mesure. Mais évidemment, comme je ne sais pas faire les choses simplement, j’ai eu envie d’une encolure un peu différente. Et c’est en tombant sur cette publication Instagram de Gertie que l’idée fut !

IMG_6511
La robe rouge avec l’encolure creusée d’un V, vous la voyez ? Superbe, n’est-ce pas ? Emballé, c’était pesé…mais encore fallait-il faire une petite toile pour valider mon patronage.

IMG_6571

IMG_6583
Par esprit pratique, j’ai volontairement réduit la largeur de l’encolure, afin de pouvoir porter un soutien gorge. La photo de gauche montre mon premier essai : l’encolure était trop profonde, le V trop large et pas assez pointu. En remontant l’encolure d’1cm, et en retravaillant un peu l’encoche, le résultat approchait davantage mon souhait. La toile validée, il me fallait maintenant trouver le tissu.

DSC_3585
Mon choix s’était d’abord posé sur ce jean fleuri de chez Papi : j’en avais commandé 2m50, et préparé le patron de la robe de Juliette en attendant sa réception. Vous verrez la robe en détail dans un article dédié, mais ce qui est important de savoir maintenant, c’est qu’elle possède une jupe cercle. Et vous le savez : une jupe cercle ça bouffe à mort sur un plan de coupe. Et en réceptionnant le tissu fleuri, nos robes se rentraient pas dans le métrage commandé. Qui plus est, le jean fleuri était bien trop extensible pour mon projet. Et le fond noir du tissu était plus gris foncé que noir. Bref, il fallait trouver un plan B.

Une journée à retourner mon stock dans tous les sens, en ne trouvant jamais aucun coupon suffisamment grand pour caler nos deux robes. Parce qu’évidemment, Mistinguette Juliette EXIGEAIT que nos robes soient coupées dans le même tissu. (et honnêtement, moi j’en profite, avant qu’elle soit en âge de me jeter mes cousettes au visage 😀 ). 2 jours dans toutes les boutiques de Marseille, car oui, à une semaine de Noel, il n’est plus temps de commander en ligne. Pour enfin trouver le satin de coton idéal chez l’Aigle d’Or, à Marseille.

DSC_3561
Etonnant d’ailleurs qu’en 8 ans de couture, ce soit la première fois que je pose le pied dans cette boutique, qui est tout de même une institution marseillaise. Et ma prof de modélisme qui m’en avait conseillé la visite avait raison (comme toujours) : c’est un vrai temple d’Ali Baba. Mais cher, le temple. J’ai payé ce satin de coton 17€ le mètre, ce qui en soi ne doit pas sembler exorbitant à la majorité d’entre vous. Mais quand on est habitué comme moi aux prix du marché de la Plaine, ça pique !

DSC_3575
Mais soyons honnêtes : ce satin de coton vaut ce prix. Il est d’une très belle qualité, et sa teinte est vraiment lumineuse.

Le tissu enfin sous le bras, j’ai pu démarrer l’assemblage de nos deux robes : comme elles étaient construites de manière similaire, je les ai montées simultanément.

DSC_3623
DSC_3618
Vous voyez ici l’envers de la robe. J’ai doublé le corsage avec un mélange coton/soie que j’ai trouvé chez Bennytex. N’ayant pas le temps ni l’envie d’acheter du fil bleu roi pour surfiler mes coutures, je me suis dit que ce serait l’occasion idéale de tester les coutures rabattues.

(Aparté : conseil de Tata Papillon. Quand tu es à 3 jours de Noel, tu ne testes pas une nouvelle technique de finition. Non. Tu prends tes cônes de surjeteuse bleus, qui ne sont peut être de l’EXACTE teinte de ton bleu, et tu vas au plus simple. Ca t’évitera de vivre un 24 décembre entre crises de panique et hurlements incontrôlés, à couper le dernier fil de ta robe à 18h05. ALORS QUE TU ES ATTENDUE POUR 18H45.)


BREF, je n’avais jamais cousu de coutures rabattues, et c’est à la fois simple et très propre. Un petit peu comme des coutures anglaises, sauf que celles ci sont rabattues et surpiquées sur le tissu. Elles ne furent tout de même pas simples à coudre au niveau des manches.

IMG_6652
Surtout sur les manches riquiqui de Juliette. L’astuce est de les surpiquer en deux fois : Une première fois depuis le haut de la manche, on s’arrête à environ 2/3 de la manche, et on termine de surpiquer le reste depuis le bas de la manche.

DSC_3622
Mais là où se fut le plus ardu, ce fut sur la couture dos de la jupe : comment terminer proprement ces marges, alors qu’elles seront doublées sur le corsage, et qu’il y aura une fermeture éclair sur une partie de la jupe ? Si la robe avait été entièrement doublée, le souci ne se serait pas posé. Mais ici seul le corsage l’était. Au final j’ai réussi à rabattre et surpiquer les marges, mais croyez-moi, ce ne fut pas simple. Et en étant honnête sur mon travail, les surpiqûres ne sont pas régulières partout.

DSC_3617
Et c’est là que j’ai oublié l’essentiel : des finitions propres à l’intérieur d’un ouvrage, c’est bien. Mais quand l’intérieur devient plus propre que l’extérieur, c’est qu’il y a un problème ! 😀

DSC_3619
Mais là encore, ce fut une bonne leçon : le mieux est l’ennemi du bien, définitivement. Et comme me le dit souvent ma prof de modélisme : il ne faut pas confondre perfectionnisme et maniaquerie. (Coucou la bonne résolution de 2018 !)

DSC_3515
Que vous dire de plus sur cette robe ? Les manches sont donc 3/4, et le dos est terminé par une fermeture invisible.

DSC_3522
DSC_3518
Pour assurer la stabilité de l’encoche en V, j’ai renforcé ma doublure milieu devant avec du thermocollant tissé, et j’ai stabilisé l’encolure de mon corsage extérieur avec du droit fil thermocollant.

DSC_3607
Et j’ai aussi redescendu un peu le milieu de ma taille, pour qu’elle soit plus douce et qu’elle suive mieux mes courbes.

DSC_3507
Verdict : mine de rien, j’ai appris un sacré paquet de trucs avec cette robe. J’ai découvert une nouvelle boutique, une nouvelle encolure, une nouvelle finition…et une nouvelle devise. Le tout en gagnant une nouvelle robe dans laquelle je me sens bien, et qui colle à mon style : c’est tout de même un beau cadeau n’est-ce pas ? J’avais envie d’un pendant automne-hiver de cette robe ci, que j’ai beaucoup porté au printemps et en été, et je crois que c’est réussi. 🙂

DSC_3600
Je profite de ce billet pour vous souhaiter une belle année 2018. Qu’elle vous soit créative, et surtout, pleine d’amour, de fous rire, de souvenirs heureux. Chaque année un mot m’accompagne et illustre la tonalité que je souhaite donner à ces 12 prochains mois : « indulgence » sera celui de 2018. Parce qu’avant d’être bienveillant envers les autres, il faut savoir l’être aussi envers soi même. Et que s’offrir une bonne dose d’indulgence, ça aide : se pardonner ses erreurs, accepter de ne pas être toujours performante, embrasser ses défauts et ses failles, et accepter qu’ils font partie de nous. Coudre à mon rythme, publier à mon rythme. Coudre avec plaisir, ce qu’il me fait envie, sans savoir envie/besoin de démontrer quoi que ce soit.

cef8bad2b541471ce65d2bc9e2735098
Et n’oubliez pas de prendre soin de vous. ❤

42 comments

  1. Anne Marie says:

    Coucou Emilie, je te souhaite une très bonne année ainsi qu’à ta petite famille. J’aime beaucoup cette robe de Noël, qui, une fois encore, ne fut pas simple à réaliser. J’aime particulièrement le décolleté. Bravo pour ton travail.

  2. RienACoudre says:

    Bonne et heureuse année 2018 à toi aussi.

    Ton travail sur l’encolure est vraiment remarquable. Sa forme originale est la petite touche en plus de cette robe.

    Bravo et continue comme ça. C’est toujours un plaisir de te lire.

  3. Corinne says:

    meilleurs vœux à toi et à tes proches, que cette nouvelle année te soit pleine de bonheur personnel ou partagé.
    Le décolleté de cette robe est particulièrement seyant et très féminin. encore une robe qui te va à merveille.bravo

  4. Julie says:

    Bonne année !

    N’ayant pas de surjetteuse, les coutures anglaises et autres coutures rabattues sont mes meilleures alliées. Pour la couture qui accueille le zip, en général, je ganse les surplus de couture, chacun de leur côté, en y insérant aussi le bord de la fermeture éclair. Ce n’est pas compliqué, et c’est très joli.

    • Le Papillon says:

      Oh, j’avais pensé à ganser avec du biais, mais je n’avais rien en stock qui matchait avec le bleu roi de ma robe. Je tenterai sur la prochaine, merci de ta suggestion !

  5. Lili du Breizhil says:

    Elle est très jolie, j’aime l’encolure, ça change de tout ce qu’on voit. Bonne et heureuse année, je te souhaite d’être heureuse et en bonne santé. A bientôt.

  6. Isacoud says:

    Je te souhaite une très belle année, entourée de tous ceux qui t’aiment.
    J’adore cette nouvelle robe et surtout ce beau décolleté . C’est vrai qu’il y a une ressemblance avec la « Nizza », que je trouve si féminine !
    Passe une belle année, pleine de joie, de bonheur et de couture !

  7. marie says:

    Meilleurs vœux pour 2018
    Cette robe est sublime , et elle vous va sied à merveille , le plaisir d’un vêtement sur mesure.
    bonne continuation et continuez a nous faire sourire avec votre blog.

  8. Mélina says:

    Ta robe est MAGNIFIQUE!!! J’adore l’encolure, hélas pas possible sur moi
    Bon, faut que tu arrêtes de te mettre la pression, et ton mot pour 2018 est juste PARFAIT!!!
    Bonne année à toi

  9. Ah...Mélie!!! says:

    Bravo Emilie!!
    J’admire ta ténacité, ton entêtement dans ton processus de création!!
    Ces qualités qui peuvent être prises pour des défauts te permette d’aller jusqu’au bout de tes idées et c’est tant mieux!!
    Que cette Nouvelle t’apporte beaucoup de bonheur et de joie comme tu sais la transmettre rien qu’avec tes photos!!
    Je t’embrasse bien fort de mon Nôôôôôrd!!

    • Le Papillon says:

      Oh merci Amélie ! Je t’embrasse bien fort depuis la ville élue la ville la plus ensoleillée de 2017 ! 😉 (Ouep, pas peu fière ! 😀 )

  10. Béatrice says:

    Douce et belle année à vous et votre famille! Quelle encolure originale que vous avez si bien dessinée pour vous! Encore une magnifique robe! Béatrice

  11. Nathaliehcoud says:

    Très bonne année 2018 pour toi et pour ta famille. Ta robe est superbe. Je te souhaite le meilleur pour 2018: la santé, beaucoup de bonheur dans ton travail et dans ta vie personnelle. Merci pour tous les partages que tu nous offres sur ce blog. C’est un vrai rayon de soleil. Merci pour tout ! Bises !

  12. Magalie says:

    Très belle année 2018 à toi aussi Emilie la fille aux 1001 robes toutes aussi magnifiques les unes que les autres!! C’est indéniable que tu as trouvé le style qui te met en valeur et c’est remarquable la façon dont tu arrives en plus à le patronner! Chapeau bas!
    Continues de me faire rêver en 2018!
    Bises

  13. louise says:

    Une bien jolie robe pour bien commencer l’année du blog !
    C’est encore une très belle pièce que tu nous montres. Bien sur il y a ce décolleté super joli et original mais moi je retiens aussi la courbe de la taille.Je trouve que c’est super joli d’adoucir cette ligne que je trouve aussi souvent trop… stricte ? Je ne trouve pas vraiment le mot ! .
    Tes finitions sont au top du top, c’est de la haute couture !
    Gros bisous miss et tous mes vœux pour 2018 !

    • Le Papillon says:

      « Haute Couture »…grand Dieu, avec tout ce que j’ai vu à l’expo Dior en novembre, je suis loin, mais alors hyper loin de la Haute Couture ! Je te jure, des boutonnières passepoilées minuscules et parfaites, sur des robes somptueuses…des broderies quasi inimaginables…mais évidemment, ce sont les couturières les plus douées de France qui peuplent leurs ateliers…encore heureux que nous, simples amateurs, nous soyons loin d’un tel niveau. Mais tant que le plaisir derrière la machine est là, c’est le plus important n’est-ce pas ?

    • Le Papillon says:

      Non. Je trouve le tien plus généreux que le mien. Plus humaniste. Moi j’en suis encore à lécher mes plaies, mais j’espère bientôt pouvoir élire le même mot que le tien. 😉

Laisser un commentaire