Le sac Marie

Depuis le temps, j’ai un sacré paquet de sacs cousus main. Mais mon préféré, celui auquel je tiens le plus, est plus âgé que moi.

DSC_0956

C’est un sac qui appartenait à ma mère alors qu’elle était toute jeune. Si mes souvenirs sont bons, mon oncle le lui avait ramené d’Afrique. Elle me l’avait ensuite donné, alors que je devais être adolescente moi aussi. Depuis, il ne m’a jamais quitté. J’y tiens beaucoup, et adore le porter : son style seventies ne se démode jamais et il s’accorde parfaitement avec mes tenues. Hélas, il tombe en ruine : alors régulièrement, je le raccommode, et ne le sort qu’occasionnellement. (et surtout pas en temps de pluie, j’ai découvert l’autre jour que mouillé, il dégage une odeur assez étrange…je vous raconte pas la honte dans le métro, à renifler autour de moi pour découvrir d’où provenait une telle odeur…et me rendre compte qu’en fait elle venait de mon sac ! 😀 )

BREF, c’est en traçant le sac à festons cet automne, que j’ai réalisé qu’instinctivement, j’avais envie de tracer une besace assez similaire à mon sac préféré. Soit, les festons sont restés au programme pour l’automne dernier, mais je tenais mon idée pour l’été suivant !

DSC_0935

Sac estival oblige, j’avais envie de cuir pastel, nude, quelque chose qui s’accorde facilement avec ma garde robe d’été. Je suis retournée chez Varjan (26 Boulevard des Dames, 13002 Marseille), et trouvé cette peau, plus petite que la bleue de cette automne, mais d’une belle couleur sable.

DSC_0941

Le cuir étant ici aussi assez souple, j’ai choisi de le renforcer avec du Decovil Light, que j’ai thermocollé sur la doublure : le résultat se tient davantage et c’est l’effet que je recherchais. Ici le sac est présenté vide : vous pouvez voir qu’il reste droit, et ne s’affaisse pas.

DSC_0942

DSC_0931
La doublure (75% viscose, 25% polyester) provient des Tissus aux Ursules : j’ai eu un vrai coup de coeur pour ce motif, et les teintes s’accordent bien au cuir.

DSC_0933

J’ai ajouté une petite poche zippée à l’intérieur, et reproduit les astuces apprises avec le sac aux festons pour les anses : rivets et embouts de sangle permettent d’obtenir de belles finitions sans s’énerver sur la machine.

DSC_0954

DSC_0926

Machine qui a tout de même tiré la langue sur la surpiqûre du sac, au niveau des boucles de anse : les points n’étaient pas beaux, mais je les ai repris à la main, et le résultat fut plus harmonieux par la suite.

DSC_0943

Mon détail préféré est tout de même le système de fermeture : j’adorais tellement ce système sur la besace de ma mère que je l’ai reproduit ici. C’est plutôt original et assez simple à coudre !

Verdict : je suis contente de ce sac, qui va m’accompagner tout l’été. Petite peau oblige, le fond est moins large que souhaité, mais l’essentiel de mes affaires rentrent et c’est tout ce qui compte !

DSC_0938

Je vous souhaite à tous une belle fin de semaine, et prenez soin de vous ! ❤

32 comments

  1. cdesjujus says:

    J’aime beaucoup les petites besaces et ce système de fermeture top. Ingénieux, simple et sûrement peu coûteux : inspiration africaine quoi !
    Joli travail !

  2. Anne Marie says:

    Bravo pour ton travail ! J’aime beaucoup cette couleur de cuir. Par contre, j’ai lu que ta machine à coudre a aimé moyennement… Pour l’aiguille, tu as pris quelle taille ? Compliments.

    • Le Papillon says:

      Elle n’a aimé que moyennement, uniquement sur une petite partie : juste la surpiqûre des pattes sur les côtés, ce qui est normal car on avait quand même 6 épaisseurs de cuir à piquer. Sur le reste du sac je n’ai pas eu de souci, avec une aiguille cuir.

      • Le Papillon says:

        Mais parce que tu crois qu’elle va attendre 14 balais pour me piquer mes sacs ???? Elle le fait déjà ! Devine qui porte la besace crochetée de l’été dernier ?! (Véridique…je l’avais pas totalement vidé en octobre qu’elle l’avait déjà récupéré…)

    • Le Papillon says:

      Oui, et même si ce n’est pas le cas ce n’est pas bien grave. 😉 Mais moi je sais que je prendrai toujours soin du sac de ma mère, même s’il se découd partout, même si l’intérieur, non doublé, perd ses poils, même s’il dégage une odeur de chien mouillé quand il pleut. 😀 De tous mes sacs il a toujours été celui dont j’ai pris le plus grand soin, rangé dans une pochette, sous mon lit. 😉

  3. moineau16 says:

    Il est splendide, c’est vraiment du travail de pro: bravo! Quand je pense que j’ai craqué pour un sac nude pour cet été moi aussi… mais il m’attend au Relais Colis déjà tout-fait, tout-cousu #flemmarde 🙂

  4. Falbala says:

    C’est une très belle réalisation avec de très jolies finitions. Faut dire que le modèle copié est splendide. Pas trop de galère avec le décovil? Moi je l’ai utilisé pour des sacs (plus grands et du décovil épais) et j’ai eu pas mal de difficultés. je suis en train d’essayer de dompter le décovil!!

    • Le Papillon says:

      Alors ici j’ai utilisé du décovil light, je pense qu’il est plus facile à manipuler que le décovil normal, que je n’ai pas eu l’opportunité de travailler. Je sais que beaucoup de couturières utilisent du jeffytex pour rigidifier des sacs, et pour le coup, j’ai pu toucher du jeffytex en magasin et c’est très épais et raide, j’exagère mais on dirait presque de la moquette ! Comme je double toujours mes sacs, j’avais besoin d’un système qui puisse être retourné, et ici avec le décovil light c’est parfait.

  5. Kreafond says:

    Ton sac préféré est magnifique ! Le sac que tu as créé d’après le premier est super joli lui aussi ! Et puis… cela fait quelques semaines que je cherche un moyen de coudre les anses d’un sac… ces clous sont LA solution que je recherchais !!! alors merci !!! 😉

  6. Lili du Breizhil says:

    Je ne porte que des besaces, j’aime beaucoup celle que tu as réalisé et le système de fermeture est très sympa. Bon week-end.

Laisser un commentaire