La robe Clémence

Dessiner ses propres patrons est une pratique gratifiante, mais cela comporte un inconvénient majeur : quand ça foire, on ne peut s’en prendre qu’à soi-même. Quand il est facile de maudire un(e) créateur(trice) pour un embu impossible à résorber, deux pièces qui ne correspondent pas ou des explications nébuleuses…quand on se trompe sur son propre patronage, et bien on se maudit soi-même. Et c’est encore pire quand on ne comprend pas son erreur !

DSC_2941
Tout est parti de ce coupon, déniché chez Agnès B il y a deux ans. L’époque où je croyais pouvoir couper une robe demi saison dans un coupon d’1m50. Et que les carreaux ne criaient pas « RACCORDS ! » dans mon petit cerveau.

IMG_5930
J’y avais tout de suite vu une robe chemise, sans doute inspirée par cette jolie robe. Deux automnes que j’attendais de valider mon corsage avec pinces pour me lancer…mais avant, il fallait déterminer la composition de ce coupon.

IMG_5932
C’est un peu le souci des ventes Agnès B : vous n’avez pas la moindre idée ce que vous achetez. Les rouleaux sont posés, vous vous servez, et vous allez payer votre dû à la caisse. En déroulant mon tissu je suis tombée sur cette étiquette, qui indiquait une composition 100% soie. Pourtant son aspect était assez raide, bien que fin. Je pensais qu’une soie était forcément glissante, et en potassant j’ai appris qu’une soie peut être tissée de différentes manières, et donc, se présenter sous différents aspects. J’ai alors suivi les conseils de ma prof, même si cela m’a toujours fait peur, vu ma maladresse légendaire : brûler un bout de tissu pour déterminer sa composition.

hqdefault
(Une fois enfant, j’ai failli cramer la chambre de ma petite soeur en voulant brûler les bords d’une feuille pour en faire un parchemin. ^^)(True story.)

BREF, (ET EN PRENANT TOUTES MES PRECAUTIONS 😀 ), j’ai brûlé un morceau de mon tissu, et m’aidant du super bouquin de Christelle, j’ai remarqué que les cendres formaient comme des bouts de charbon…exactement ce qu’est censée devenir la soie brulée ! Le mystère était donc résolu.

(Et je vous raconte pas la pression, genre, je vais COUDRE DE LA SOIE BORDEL !

DSC_2971
Pour se faire, j’ai repris le patron de la robe Amal. Comme sur la robe Sandrine, j’ai rabaissé le milieu devant de 2cms. J’ai dessiné des manches courtes. J’ai gardé les plis couchés de la jupe. Et je me suis armée de courage pour redessiner tout le col.

DSC_2958
Vous connaissez ma passion des cols chemise : je les aime en deux parties, avec pied de col et tombant. J’ai suivi la méthode préconisé dans un bouquin Esmod, et une toile a validé mon patronage.

IMG_5940
(Croyez-le, sur le moment j’étais pas peu fière !)(J’aurais du en profiter, ça n’allait pas durer. 😀 )

Je coupe alors mon tissu, monte mon corsage, puis ma jupe, et au moment d’assembler la taille, je découvre que les 2 milieux devant de mon corsage sont plus longs d’1cm, au niveau du repli pour le boutonnage. Pas grave, me dis-je, j’ai du manquer de précision au moment de la découpe de mon tissu. Je recoupe donc ces 2cms, termine l’assemblage de ma jupe, procède aux finitions de la robe, et au moment de l’essayage final…patatras, je me sens vraiment engoncée au niveau de la poitrine.

IMG_6021
Vous le voyez sur cette photo, au tissu qui s’étire entre les deux boutons. Ces 2cms, recoupés plus haut parce qu’imaginés en trop, étaient au contraire ultra nécessaires à l’aisance de la robe !

J’ai dû passer des heures sur mon patronage, à le retourner dans tous les sens pour comprendre mon erreur, mais je suis pour l’instant toujours incapable de la pointer. Si vous saviez comme je m’en suis voulue !

DSC_2926
Au bout du rouleau, j’ai appelé ma prof de modélisme, et tout adorable qu’elle est (une perle je vous dis, une perle !), elle a pris le temps de me donner des pistes pour palier au souci d’aisance :

  • ne pas toucher aux pinces : cela ne changerait rien au problème.
  • soit recréer une patte de boutonnage, en y incorporant les 2cms perdus
  • soit créer un pli creux dans le dos, en rajoutant du tissu
  • soit reprendre les coutures côtés, en réduisant mon couturage, qui est d’1,5cm.

Hélas, je n’avais plus de tissu pour refaire quoi que ce soit. Et toute ma robe étant montée en couture anglaise, je n’avais pas le courage de défaire toutes mes emmanchures pour réduire mes coutures côtés.

DSC_3026
(Oui, c’est l’envers de la robe. Dites moi que vous compatissez. ^^ )

Au final, j’ai bien tentée de grappiller quelques millimètres sur les coutures côtés, en réduisant ma seconde couture anglaise, mais cela n’a rien changé à mon problème d’aisance : les boutons tiraient toujours sur le devant de ma robe, et j’avais comme un excès de tissu sous les emmanchures. C’était hyper moche. J’ai donc tout repris à l’original.

DSC_2897
J’arrivais bien à la fermer, mais cet étirement entre le 4ème et le 5ème bouton m’énervait. Et c’est Emilie qui va me donner une astuce : rajouter une pression à coudre entre les 2 boutons pour que cela ne s’ouvre plus !

DSC_3007
Et ça marche ! Alors, certes, je ne gagne pas en confort, mais visuellement, on a moins l’impression que mes boutons vont exploser à la moindre respiration.

DSC_2899
Ce cliché de profil montre à quel point ma poitrine est engoncée dans le corsage. Notez que je l’ai porté ce week-end avec un autre soutien gorge, et j’ai gagné un tout petit peu en confort. (et oui, je profite de ce billet pour devancer tous les commentaires de ce type : JE NE SUIS PAS ENCEINTE SANS LE SAVOIR. 😀 )(Je vous vois venir hein, mais l’épidémie de bébés sur la blogo ne passera pas par moi, j’ai assez donné. 😀 )

DSC_2986
Notez qu’avec toutes ces péripéties, la notion même de raccords ne m’a pas spécialement effleuré l’esprit. 😀 N’ayant qu’1m50 de tissu, j’ai du choisir entre les raccords côtés ou les raccord au niveau de la taille. J’ai bien tenté de réussir au mieux mes raccords côtés, mais comme vous le pouvez sur  cette photo, ça n’a pas fonctionné partout.

DSC_2904
DSC_2907
Et comment vous dire…


Voilà. 😀

Les boutons proviennent de chez Mercerie Extra

DSC_3006
…le col est donc un col chemise…

DSC_3008
…et voici ce qu’il donne fermé.

DSC_3020
(Quand j’essaye d’impressionner mes élèves.)(En vrai ça ne marche pas du tout. 😀 )

Verdict : écoutez, si au premier essayage j’étais totalement catastrophée, pour l’avoir porté ce week-end, mon avis est nuancé. Certes, ce n’est pas la robe la plus confortable de mon dressing, mais elle est totalement portable, et avec ce gilet, l’ensemble est adorable !

DSC_2929
Et pour jouer avec les feuilles mortes elle est juste parfaite !

DSC_2981
(Et promis, dès que je comprends l’erreur, je ferai un edit à ce billet !)(Et pourquoi Clémence ? Parce que j’ai cousu cette robe alors qu’une amie chère s’apprêtait à donner la vie à nouveau, que cette amie s’appelle Clémence, qu’elle adore les carreaux et que j’ai découvert les ventes Agnès B en sa compagnie : la robe Clémence, donc. ❤)

EDIT : j’ai écrit cet article sur plusieurs jours, et ça y est, j’ai compris ! L’erreur venait bien de mon patronage : en rabaissant la ligne milieu, je n’ai pas vérifié que le haut de la jupe se calerait parfaitement au bas du corsage, et il manquait 1cm sur le milieu de la jupe devant ! AH, croyez moi, j’étais torturée par ce truc depuis des jours et je me sens enfin libérée ! Pas forcément plus à l’aise dans la robe mais au moins, je vérifierai mieux mes couturages à l’avenir. « Je ne perds jamais : soit je gagne, soit j’apprends », pas vrai ? 😉

Belle semaine les filles, et prenez soin de vous. ❤

37 comments

  1. Téï says:

    Tu es acharnée et ça paie! C’est très réussi franchement moi je ne voyais pas le « bâillement  » entre les boutons. J’aime le ton de ton message, tu positives. On sent bien toutes les étapes par lesquelles tu es passée. Belle robe encore!

  2. Orianne says:

    La couture et le moralisme ne sont pas un long fleuve tranquille . En tout cas ton soucis d’aisance ne gâché rien au visuel de la robe ! J’ai bien rigolé en lisant ton aventure pyromane

    • Le Papillon says:

      Crois moi, mes parents ont moins rigolé à ce moment là. Et le pire, c’est qu’à l’époque une tante à moi dormait dans cette chambre, et comme elle fumait, j’avais tenté de lui faire porter le chapeau. Je suis horrible. 😀 😀 😀

  3. Corinne says:

    bonjour, faire des raccords à toutes les coutures, ce n’est pas si simple et il faut avoir assez de tissu pour positionner tous les morceaux. Je me rappelle des cours de moulages que j’ai eu (il y a plus de 35 ans, maintenant) et le professeur nous avait appris la patience, arrêter puis reprendre le travail plus tard à t^t reposée. J’ai toujours suivi ces conseils. Bon je n’ai pas de mannequin, donc je ne fais plus de moulage. Mais je cherche encore de temps en temps le graal.
    Belle robe et la soie, c’est magique à porter. bravo encore et toujours

  4. Chatkikou says:

    Malgré tous les problèmes que tu as rencontré, elle bien jolie cette robe! et elle te va très bien. Pour le raccord des carreaux, il ne faut pas t’en faire parce que sur ce type de modèle c’est quasiment impossible de le faire.
    Elle est très bien comme ça.

  5. Pascale says:

    Cette robe est bien ajustée. Je trouve qu’elle te va à merveille. J’admire ton opiniâtreté. J’en manque et du coup mes cousettes manquent de précisions. Tes finitions sont toujours aux petits oignons

    • Le Papillon says:

      Je compatis tu sais, qu’il me faut de la rigueur pour ne pas boucler à la va vite mes finitions ! C’est toujours à la moitié d’un ouvrage que mon cerveau réfléchit déjà au suivant…mais tu verras, avec l’expérience, le fait de porter tes créations, tu auras envie de soigner davantage ton travail. Et si ce n’est pas le cas, ce n’est pas bien grave non plus. On coud toutes (et tous !) pour des raisons différentes, que ce soit pour obtenir un ouvrage parfait, pour se vider le cerveau ou simplement exprimer sa créativité : le plus important n’est pas le résultat fini. Le plus important est ce que tu as ressenti en cousant : et si tu y as pris du plaisir, si tu as aimé ce moment, que tes finitions soient impeccables ou non, honnêtement, on s’en fout ! Tu vois ce que je veux dire ?

  6. watougou says:

    Eh bien, quelle ténacité! Bravo pour ta robe et pour ta philosophie de vie. Décidément j’adore te lire: non seulement j’apprends toujours quelque chose mais en plus tu me fais rire et tu me donnes la pêche avec ton regard positif. Merci 🙂

  7. Cyqlaf says:

    Alors moi, je suis DE-ÇUE. Pas de cabriole dans la colline avec Charles Ingalls ?DE-ÇUE.
    Bon, en vrai, je compatis aux coutures anglaises à découdre, au seyant un peu serré … mais vu d’ici, elle est parfaite 🙂 ! Elle n’a pas l’air d’être sur le point d’exploser et la pression remplit bien son office.
    & je suis très contente que tu aies enfin trouvé le pourquoi du comment. Parce que je hais aussi avoir un truc qui me turlupine pendant des jours sans comprendre !
    Une bien belle robe ! (musique du générique de la PMDLP)

  8. terpsi says:

    Ah ben super si tu as fini par découvrir « l’origine du mal » !!
    Pas mal l’astuce du petit bouton pression, et c’est vrai aussi qu’en prenant un soutien-gorge qui plaque bien la poitrine, on peut gagner qqs cms…
    Vue en photo cette robe est jolie et bien ajustée, on ne « ressent » pas forcément qu’elle te serre. Ce tissu est fort joli, mais attention au lavage avec la soie !!!

  9. Julia says:

    Je compatis, qu’est-ce que c’est agaçant de se retrouver avec un vêtement un peu trop serré, surtout quand le finitions sont aussi magnifiques. Je crois que c’est pour ça que je souffre du syndrome inverse: toujours faire 3 tailles de plus 😀 et c’est pas plus joli…
    Mais je te rassure, de l’extérieur, on ne remarque rien, cette robe est très jolie 🙂

    • Le Papillon says:

      Je faisais pareil à mes débuts, je prenais toujours 2 tailles au dessus ! 😀 Et maintenant quand je prends des patrons du commerce j’ai tendance à prendre la taille du dessous. 😀 Après ça va aussi dépendre de comment tu aimes porter tes vêtements. Je sais par exemple que cela avait créé une confusion avec ma prof de modélisme, parce qu’elle voulait toujours que je rajoute beaucoup d’aisance à mes vêtements, parce qu’elle même aime être à l’aise dans ses fringues. Alors qu’en fait personnellement j’aime me sentir un peu maintenue dans mes robes. Quand un jour en cours j’ai eu le malheur de leur sortir que j’adorais les culottes taille haute un peu gainantes elles sont toutes tombées de leur chaise ! 😀 Je ne suis définitivement pas née au bon siècle. 😀

  10. chanbreg says:

    merci pour ton EDIT car on peut s’y référer pour faire une vérif de plus avant de finaliser une modif qu’on voudrait faire d’1 patron similaire, en tout cas le tissu rend joliment bien, bravo!

    • Le Papillon says:

      Mais de rien, et oui, en effet, si l’on touche à quelque chose, toujours vérifier qu’ensuite ça matche avec la pièce correspondante ! J’avais déjà modifié la robe Sandrine en baissant le milieu devant MAIS j’avais redessiné une jupe. Là j’ai pris la jupe initiale, dont j’ai rabaissé le milieu MAIS je n’ai pas checké les 2 couturages…grosse erreur ! Mais c’est une bonne leçon : c’est en se plantant que l’on apprend, quoi qu’il arrive. 😉

  11. 1 pom et 3 vers says:

    Cette robe est très jolie ! Et pour l’engoncement à la poitrine, tu résumes toute ma vie là ^^ L’idée de la pression est excellente, depuis toute jeune, soit je mettais une épingle à nourrice, soit carrément je cousais la patte de boutonnage (ça a d’ailleurs du être mes premières coutures !).

  12. Bisoudoudou says:

    Que de péripéties ! Mais elle est vraiment très jolie, j’aime bien boutonnée jusqu’en haut! Elle te va comme un gant, et pour les raccords ( ou l’absence ) ce n’est pas tellement grave je trouve que ça ne se voit pas. Bonne idée pour la pression, je n’y aurai jamais pensé, et pourtant j’ai bien souvent moi aussi des problèmes, comme tu me l’a fait si gentiment remarqué sur une photo d’IG !! ^^

  13. Lili du Breizhil says:

    Moi aussi ça peut m’empêcher de dormir ou tourner en boucle dans ma tête quand j’ai un souci, mais sur un patron pour moi ;-). Contente que tu aies trouvé la solution, j’aime ta version et je ne trouve pas que ce soit flagrant sur les photos. Bon week-end, à bientôt.

  14. Tiempolibre says:

    Bravo pour cette robe. Je viens souvent voir ton blog et toutes ces robes sont merveilleuse ! Pour le corsage qui s’ouvre, ça m’est déjà arrivé aussi et j’ai résolu en mettent une petit agrafe tournée vers l’extérieur (je sais pas si c’est clair là !)
    Merci aussi pour toute cette positivité. Continue de prendre soin de toi (et du coup de tes lectrices/teurs ?)

    • Le Papillon says:

      Oui oui je vois pour l’agrafe ! D’ailleurs ça me fait penser qu’on trouve rarement des patrons du commerce affublés de ce détail. Elles ont du passer de mode ces agrafes…

  15. LA SOURIS GRISE says:

    Géniale cette robe !Elle te va à ravir et je suis contente que tes petites tracasseries se soient bien terminées!! Tu progresses, tu progresses, et tu es « tout feu tout flamme » quand tu la portes!!
    Je ne t’ai pas envoyé de commentaire sur la précédente car quand je n’aime pas, je passe, je ne souhaite pas mettre de commentaires qui puisse déranger quand moi je n’aime pas car ce n’est pas facile à exprimer et à écrire et l’on est vite déplaisante si on le dit alors qu’exprimer une réserve peut faire évoluer les choses surtout en couture.Bon, rien de grave, hein! c’est juste la concordance du tissu avec le patron.
    C’est ce qui me fait sourire gentillement avec les résaux sociaux, tout est beau, (blogs ou Instagram)…
    Alors celle -là , je ne te loupe pas et je te dis, j’adore
    (j’ai l’impression d’être JM Généreux!!) ton imprimé qui me rapelle les robes que ma mère portait fin des années 60 et les chemisiers (comme on disait à l’époque) que j’avais mais qui étaient en nylon et c’était une horreur!
    Alors, là, de la soie, Madame, vous êtes une princesse, pas aux petits pois mais aux petits carreaux !!! et je vous donne un …neuf!
    Bon dimanche et à bientôt..

    • Le Papillon says:

      Je vois ce que tu veux dire. Tu sais, on dira ce qu’on voudra, mais tenir un blog est un exercice très narcissique : on se met en scène, on choisit nos plus beaux profils…on poste forcément pour obtenir des retours positifs. Tenir un blog est extrêmement chronophage : on doit prendre des photos, les trier, écrire un article, le traduire parfois, puis partager l’article sur plein de plateformes…alors évidemment, lire un commentaire qui critique notre travail, cela nous touche, et quand, comme moi, tu manques de confiance en toi, c’est encore pire. Tu connais les femmes : on peut lire 20 commentaires positifs, on ne gardera en tête que le négatif. MAIS, et là je te rejoins totalement : un commentaire qui critique mon travail de manière constructif peut être très intéressant, et me permettre de progresser dans ma pratique. C’est pourquoi, par exemple, je viens toujours en cours de modélisme avec ma dernière robe : j’adore quand la prof prend le temps de me dire ce qui ne va pas, et ce qui me permettrait de progresser. Mais évidemment, on accepte plus facilement les critiques d’une personne que l’on connait, que d’une personne virtuelle que l’on ne connait pas. En conclusion : une critique constructive et exprimée avec tact, moi je vote pour. Mais une critique acerbe et inutile : je t’avoue que je n’en vois pas le moindre intérêt.

      • LA SOURIS GRISE says:

        Merci d’avoir pris le temps de me répondre.
        Oui, je ne suis pas sûre de moi et j’admire le fait que toi, tu arrives à te montrer!!
        Maintenant, je n’ai plus l’âge, tant mieux, mais quelle chance vous avez d’avoir internet pour apprendre !
        Comme je te l’avais dit ds un commentaire, il y a plus de 30 ans, on était bien seule devant son Burda, et en allemand!!
        Juste pour te dire que nous, les lectrices, on a l’impression de te connaîte ! et on voudrait te dire comme à une amie ce qui ne va pas..
        Et toi, cela doit t’arriver aussi.
        Allez, on attends ta prochaine création, bonne couture.
        J’ai aussi du boulot coutursque sur la planche pour l’anniversaire de ma p. fille et bientôt Noël !!
        Tu dois avoir l’âge de ma fille, alors, Bisous.
        Dominique

  16. Cline612 says:

    Vraiment très jolie robe, je suis fan des robes chemises !
    Je suis contente que tu es trouvée d’où vient le problème car ça peut être franchement agaçant de tourner en boucle sans comprendre qqch !

  17. Marmotta says:

    On apprend de ses erreurs ….cette robe en est la n ième preuve….moi c’est pareil tant que je comprends pas pourquoi ça va pas ça me suit le jour et même la nuit !!!!J’aime bien cette robe d’inspiration rétro, o ne voit pas qu’elle t’est un peu juste !

Laisser un commentaire