Duo de sorcières

Nous adorons fêter Halloween : nous décorons la maison, préparons un grand buffet, nous nous déguisons et à la nuit tombée, nous partons à la chasse aux bonbons. C’est un rituel auquel je ne déroge jamais, et les enfants attendent cette fête avec impatience. Et cette année…Juliette et moi avions un déguisement bien particulier. 😉

DSC_3150
Je ne sais plus comment l’idée a germé, mais un jour, d’un coup d’un seul, l’envie subite : et si l’on se déguisait Juliette et moi, en sorcières ? Je soumets l’idée à la puce, qui est évidemment partante. Il me suffisait maintenant de coucher l’idée sur le papier.

IMG_6044
J’avais envie d’un déguisement un peu glamour, féminin : plus dans l’esprit d’une Morticia Adams, que des 3 soeurs d’Hocus Pocus. Surtout, je voulais que l’on puisse réutiliser nos robes. Et quel patron est le plus adapté pour une robe facilement customisable, confortable et rapide à coudre ?

DSC_3113
MONETAAAAAAAAAAAAAA !!!

Vous me connaissez, je voue un culte à ce patron, et depuis la trouvaille du jersey parfait pour le coudre, jersey proposé dans une multitude de couleurs, l’envie est grande de ne coudre que ce modèle, dans toutes les teintes possibles. 😀 J’en ai donc commandé 2m en noir, et j’ai profité de cet ouvrage pour reprendre mon patron initial.

DSC_3059
Et oui, il faut dire que j’utilise ces morceaux de patrons depuis 3 ans maintenant, et qu’à force, ces pièces cornées, issues d’un PDF scotché de manière peu précise, n’avaient plus fière allure. Ayant trouvé un imprimeur super sympa (COREP, 40 Avenue Escadrille Normandie Niemen, 13013 Marseille)(rien de sponso hein, je les mentionne parce qu’ils sont vraiment gentils et le rapport qualité prix est top), j’en ai profité pour imprimer mon patron en format A0, ce qui donne une feuille immense, où toutes les tailles sont tracées (Moneta va jusqu’au 3XL). Et prendre le temps de retracer mes morceaux m’a permis de réaliser…que je ne cousais pas correctement Moneta depuis des années.

DSC_3080
En fait, il y a 3 ans, quand j’avais voulu réduire la longueur de ma jupe, j’avais simplement recoupé mon ourlet de 5cms. GROSSE ERREUR ! En fait, sur le patron, un trait est tracé pour justement réduire ou rallonger la jupe, en gardant l’évasement pensé par le créateur/la créatrice. En raccourcissant simplement sur l’ourlet, ma jupe était moins dansante que prévu.

Untitled Vous voyez la différence ? C’est mille fois plus joli (à mes yeux) sur la gauche : la jupe est plus évasée, plus flatteuse. En fait, c’est quand tu penses ne pas pouvoir aimer un patron davantage que Moneta t’envoie une nouvelle flèche d’amour. 😀


Comme d’habitude je l’ai coupé en S, j’ai raccourci (correctement ! 😀 ) le corsage d’1cm, et j’ai opté pour les manches 3/4, qui au final, sont plutôt des manches au coude, mais cela me convient tout à fait comme ça.

DSC_3070
DSC_3078
Seul petit bémol : si je compare avec les manches de Wanted, je les trouve un petit peu trop grandes. M’enfin, ça n’est qu’un détail.

DSC_3171
Comme d’habitude là aussi, j’ai terminé l’encolure par une bande de jersey, surpiquée à l’aiguille double. J’ai bien envie pour la prochaine de retenter l’ourlet simple préconisé par Colette, ce qui donnera peut être un côté moins sportwear à la robe.

DSC_3122
On passe à la robe de la puce ?

DSC_3039
Vous avez remarqué comme il est difficile de trouver des patrons ajustés pour enfants ? Très souvent, ils sont assez amples, et moi qui cherchais une robe similaire à Moneta, mais version enfant, ce ne fut pas une mince affaire. Au final, j’ai trouvé quelque chose s’y rapprochant chez Peek a Boo patterns : la Gloria Party Dress.

DSC_3044
Je suis partie sur la version la plus épurée possible, en 7 ans. Le patron préconise de froncer la jupe de manière traditionnelle : avec 2 fils de bâti. Mais personnellement, j’aime froncer mes jupes en jersey avec de l’élastique : je trouve cela plus pratique et plus régulier. Hélas, la jupe était si large que l’élastique ne s’étirait pas assez : j’ai donc du ratiboiser les côtés.

DSC_3046
Vous le voyez sur cette photo : la taille est bien trop large pour ma puce.Pour avoir un résultat plus harmonieux comme sur ma Moneta, il aurait sans doute été préférable de :

  • cintrer la taille en descendant de 2 ou 3 tailles à ce niveau
  • et surtout retracer une jupe : celle ci est un simple rectangle. Une forme de jupe avec des côtés évasés donnerait quelque chose de bien plus réussi.

DSC_3048
Les manches sont 3/4, et l’encolure est terminée avec une bande de jersey, surpiquée à l’aiguille double.

DSC_3168
Notez que la puce se contrefiche de tout ce que je viens d’écrire là dessus : pour elle, c’est une robe, elle se sent bien dedans et c’est tout ce qui compte !

DSC_3037
On termine avec nos jupons de tulle ?

DSC_3131
Notez que là on est sur de la bidouille totale : nous avons croisé ce tulle pailleté aux Tissus des Ursules, sommes reparties avec 2m50 sous le bras…et recouverts ABSOLUMENT TOUTE LA MAISON AVEC DES PAILLETTES PENDANT 15 JOURS. 😀 (Pensée émue au cher et tendre QUI N’EN POUVAIT PLUS. 😀 )

DSC_3134
J’ai tout simplement coupé 3 morceaux de tulle d’une largeur du double de notre taille, sur une hauteur de jupe lambda. (50cms pour moi, 35 pour Juliette). J’ai fermé les 3 morceaux par une couture simple, en laissant ouvert une dizaine de cms sur le haut de la jupe, pour pouvoir l’enfiler. J’ai simplement replié et surpiqué l’ouverture pour que ce soit plus propre.

DSC_3170
Puis j’ai froncé les 3 rectangles ensemble, et terminé le haut de la jupe par une ceinture en satin. Les jupes se ferment grâce à une pression KAM.

DSC_3169
En étant totalement honnête avec vous, ces jupons sont sans doute les trucs les moins flatteurs que j’ai pu coudre. 😀 Le tulle est bien trop raide : les fronces ne sont donc pas du tout flatteuses, et alourdissent la silhouette. M’enfin, comme vous pouvez le voir, nous n’en avons cure ! 😀

DSC_3146
Verdict : en déguisement d’un soir, les jupons ont totalement fait le job, et nous avons vraiment été heureuses d’être assorties en ce jour si particulier pour nous. Juliette apprécie beaucoup sa robe, et réfléchit à un motif de flex pour venir l’égayer un peu. Et personnellement, alors que je pensais haïr le noir, et bien je ne quitte plus la mienne ces derniers jours ! Un peu de rouge à lèvres, de beaux bijoux, des beaux collants en dentelle, et vous avez une tenue vraiment élégante et féminine. Oui, à 36 ans, on peut encore découvrir toute les possibilités d’une petite robe noire. (Mieux vaut tard que jamais hein ! 😀 )

DSC_3137

Je vous souhaite une belle fin de semaine, et prenez soin de vous !

La robe Clémence

Dessiner ses propres patrons est une pratique gratifiante, mais cela comporte un inconvénient majeur : quand ça foire, on ne peut s’en prendre qu’à soi-même. Quand il est facile de maudire un(e) créateur(trice) pour un embu impossible à résorber, deux pièces qui ne correspondent pas ou des explications nébuleuses…quand on se trompe sur son propre patronage, et bien on se maudit soi-même. Et c’est encore pire quand on ne comprend pas son erreur !

DSC_2941
Tout est parti de ce coupon, déniché chez Agnès B il y a deux ans. L’époque où je croyais pouvoir couper une robe demi saison dans un coupon d’1m50. Et que les carreaux ne criaient pas « RACCORDS ! » dans mon petit cerveau.

IMG_5930
J’y avais tout de suite vu une robe chemise, sans doute inspirée par cette jolie robe. Deux automnes que j’attendais de valider mon corsage avec pinces pour me lancer…mais avant, il fallait déterminer la composition de ce coupon.

IMG_5932
C’est un peu le souci des ventes Agnès B : vous n’avez pas la moindre idée ce que vous achetez. Les rouleaux sont posés, vous vous servez, et vous allez payer votre dû à la caisse. En déroulant mon tissu je suis tombée sur cette étiquette, qui indiquait une composition 100% soie. Pourtant son aspect était assez raide, bien que fin. Je pensais qu’une soie était forcément glissante, et en potassant j’ai appris qu’une soie peut être tissée de différentes manières, et donc, se présenter sous différents aspects. J’ai alors suivi les conseils de ma prof, même si cela m’a toujours fait peur, vu ma maladresse légendaire : brûler un bout de tissu pour déterminer sa composition.

hqdefault
(Une fois enfant, j’ai failli cramer la chambre de ma petite soeur en voulant brûler les bords d’une feuille pour en faire un parchemin. ^^)(True story.)

BREF, (ET EN PRENANT TOUTES MES PRECAUTIONS 😀 ), j’ai brûlé un morceau de mon tissu, et m’aidant du super bouquin de Christelle, j’ai remarqué que les cendres formaient comme des bouts de charbon…exactement ce qu’est censée devenir la soie brulée ! Le mystère était donc résolu.

(Et je vous raconte pas la pression, genre, je vais COUDRE DE LA SOIE BORDEL !

DSC_2971
Pour se faire, j’ai repris le patron de la robe Amal. Comme sur la robe Sandrine, j’ai rabaissé le milieu devant de 2cms. J’ai dessiné des manches courtes. J’ai gardé les plis couchés de la jupe. Et je me suis armée de courage pour redessiner tout le col.

DSC_2958
Vous connaissez ma passion des cols chemise : je les aime en deux parties, avec pied de col et tombant. J’ai suivi la méthode préconisé dans un bouquin Esmod, et une toile a validé mon patronage.

IMG_5940
(Croyez-le, sur le moment j’étais pas peu fière !)(J’aurais du en profiter, ça n’allait pas durer. 😀 )

Je coupe alors mon tissu, monte mon corsage, puis ma jupe, et au moment d’assembler la taille, je découvre que les 2 milieux devant de mon corsage sont plus longs d’1cm, au niveau du repli pour le boutonnage. Pas grave, me dis-je, j’ai du manquer de précision au moment de la découpe de mon tissu. Je recoupe donc ces 2cms, termine l’assemblage de ma jupe, procède aux finitions de la robe, et au moment de l’essayage final…patatras, je me sens vraiment engoncée au niveau de la poitrine.

IMG_6021
Vous le voyez sur cette photo, au tissu qui s’étire entre les deux boutons. Ces 2cms, recoupés plus haut parce qu’imaginés en trop, étaient au contraire ultra nécessaires à l’aisance de la robe !

J’ai dû passer des heures sur mon patronage, à le retourner dans tous les sens pour comprendre mon erreur, mais je suis pour l’instant toujours incapable de la pointer. Si vous saviez comme je m’en suis voulue !

DSC_2926
Au bout du rouleau, j’ai appelé ma prof de modélisme, et tout adorable qu’elle est (une perle je vous dis, une perle !), elle a pris le temps de me donner des pistes pour palier au souci d’aisance :

  • ne pas toucher aux pinces : cela ne changerait rien au problème.
  • soit recréer une patte de boutonnage, en y incorporant les 2cms perdus
  • soit créer un pli creux dans le dos, en rajoutant du tissu
  • soit reprendre les coutures côtés, en réduisant mon couturage, qui est d’1,5cm.

Hélas, je n’avais plus de tissu pour refaire quoi que ce soit. Et toute ma robe étant montée en couture anglaise, je n’avais pas le courage de défaire toutes mes emmanchures pour réduire mes coutures côtés.

DSC_3026
(Oui, c’est l’envers de la robe. Dites moi que vous compatissez. ^^ )

Au final, j’ai bien tentée de grappiller quelques millimètres sur les coutures côtés, en réduisant ma seconde couture anglaise, mais cela n’a rien changé à mon problème d’aisance : les boutons tiraient toujours sur le devant de ma robe, et j’avais comme un excès de tissu sous les emmanchures. C’était hyper moche. J’ai donc tout repris à l’original.

DSC_2897
J’arrivais bien à la fermer, mais cet étirement entre le 4ème et le 5ème bouton m’énervait. Et c’est Emilie qui va me donner une astuce : rajouter une pression à coudre entre les 2 boutons pour que cela ne s’ouvre plus !

DSC_3007
Et ça marche ! Alors, certes, je ne gagne pas en confort, mais visuellement, on a moins l’impression que mes boutons vont exploser à la moindre respiration.

DSC_2899
Ce cliché de profil montre à quel point ma poitrine est engoncée dans le corsage. Notez que je l’ai porté ce week-end avec un autre soutien gorge, et j’ai gagné un tout petit peu en confort. (et oui, je profite de ce billet pour devancer tous les commentaires de ce type : JE NE SUIS PAS ENCEINTE SANS LE SAVOIR. 😀 )(Je vous vois venir hein, mais l’épidémie de bébés sur la blogo ne passera pas par moi, j’ai assez donné. 😀 )

DSC_2986
Notez qu’avec toutes ces péripéties, la notion même de raccords ne m’a pas spécialement effleuré l’esprit. 😀 N’ayant qu’1m50 de tissu, j’ai du choisir entre les raccords côtés ou les raccord au niveau de la taille. J’ai bien tenté de réussir au mieux mes raccords côtés, mais comme vous le pouvez sur  cette photo, ça n’a pas fonctionné partout.

DSC_2904
DSC_2907
Et comment vous dire…


Voilà. 😀

Les boutons proviennent de chez Mercerie Extra

DSC_3006
…le col est donc un col chemise…

DSC_3008
…et voici ce qu’il donne fermé.

DSC_3020
(Quand j’essaye d’impressionner mes élèves.)(En vrai ça ne marche pas du tout. 😀 )

Verdict : écoutez, si au premier essayage j’étais totalement catastrophée, pour l’avoir porté ce week-end, mon avis est nuancé. Certes, ce n’est pas la robe la plus confortable de mon dressing, mais elle est totalement portable, et avec ce gilet, l’ensemble est adorable !

DSC_2929
Et pour jouer avec les feuilles mortes elle est juste parfaite !

DSC_2981
(Et promis, dès que je comprends l’erreur, je ferai un edit à ce billet !)(Et pourquoi Clémence ? Parce que j’ai cousu cette robe alors qu’une amie chère s’apprêtait à donner la vie à nouveau, que cette amie s’appelle Clémence, qu’elle adore les carreaux et que j’ai découvert les ventes Agnès B en sa compagnie : la robe Clémence, donc. ❤)

EDIT : j’ai écrit cet article sur plusieurs jours, et ça y est, j’ai compris ! L’erreur venait bien de mon patronage : en rabaissant la ligne milieu, je n’ai pas vérifié que le haut de la jupe se calerait parfaitement au bas du corsage, et il manquait 1cm sur le milieu de la jupe devant ! AH, croyez moi, j’étais torturée par ce truc depuis des jours et je me sens enfin libérée ! Pas forcément plus à l’aise dans la robe mais au moins, je vérifierai mieux mes couturages à l’avenir. « Je ne perds jamais : soit je gagne, soit j’apprends », pas vrai ? 😉

Belle semaine les filles, et prenez soin de vous. ❤

La robe Eve (Sew Over It)

Vous est-il déjà arrivé de vous interdire des types de vêtements, comme ça, sans raison justifiée ? Juste parce qu’en 1995, vous aviez essayé un truc mal coupé qui vous avait à jamais dégouté d’une forme en particulier ? Et bien c’est exactement ce que je vivais, depuis des années, avec les robes portefeuille.

DSC_2845
Je me rappelle encore de cette jupe portefeuille trop petite, en jersey marron tout mou, qui me saucissonnait tel un roti de veau. Je l’avais achetée, uniquement parce qu’elle était en solde, et l’ai trainée pendant des années au gré de mes déménagements, sans jamais m’en débarrasser parce que « tu comprends, c’est une marque ! ». Bref, elle a fini un beau jour chez Emmaüs, et m’a traumatisé à jamais des robes portefeuille. Je m’étais persuadée qu’aucune robe ne pourrait jamais faire le tour des mes hanches ENORMES (sens de la mesure ^^), et donc n’ai jamais envisagé de coudre ce type de robe, que je trouvais pourtant si féminine. Et puis il y a eu Eve.

DSC_2805
J’ai résisté longtemps à l’achat du patron, et puis il y a eu tant de jolies versions, que ce soit de Bianca ou d’Abi, que j’ai décidé de faire fi de mes hésitations et de me lancer. Au pire, j’apprendrais plein de choses…au mieux, je gagnais une nouvelle robe dans mon placard. Et puis j’avais le tissu absolument parfait en stock : toutes les conditions étaient réunies pour me lancer. 😉

DSC_2840
Ayant (enfin) trouvé une imprimerie sur Marseille qui imprime les formats A0 sans vous facturer un rein (COREP, 40 Avenue Escadrille Normandie Niemen, 13013 Marseille)(et en plus ils sont super sympas), j’ai opté pour la version pdf de Eve, et fus assez déçue de réaliser, en téléchargeant les fichiers, que le patron se matérialisait sous 3 fichiers A0. A 3€40 l’impression d’un fichier A0, si l’on ajoute le prix du pdf, j’aurais tout aussi pu acheter le patron pochette directement sur le site de Sew Over It. Je saurais dorénavant qu’il vaut mieux vérifier en amont en combien de fichiers A0 se présente un patron pdf. (quand l’option est proposée).(non parce que scotcher plus de 25 pages, vous m’oubliez, c’est insupportable. 😀 )

DSC_2793
J’ai scrupuleusement suivi le tableau des mensurations en pensant à bien vérifier les mensurations du vêtement fini, et donc opté pour une taille 10 sur le corsage, qui s’évase sur une taille 12 au niveau des hanches. N’ayant que 2m de ce crèpe fleuri (acheté chez Bennytex), je suis obligée de réduire les jupes de 9cms. Ainsi, toutes mes pièces rentrent sur mon plan de coupe, tout en respectant le droit fil et le sens du motif.

DSC_2747
L’assemblage de la robe démarre par le corsage. C’est quand celui ci est entièrement monté que l’encolure, coupée dans le biais, est stabilisée par un ruban droit fil. J’ajoute ma jupe, procède rapidement à un premier essayage avant de passer aux finitions…et découvre l’ampleur des dégâts.

IMG_5903

L’encolure s’est totalement distendue, malgré le ruban droit fil. C’est un CARNAGE. J’aurai pu tout à fait jeter la robe à la poubelle, mais zut, j’avais cousu des coutures anglaises partout, j’adorais ce tissu…non, non il devait bien y avoir une solution. Et c’est là que je me suis souvenue de la robe Nissa.

DSC_2869
(Sérieux, vous imaginez un travail aussi minutieux finir à la poubelle ?! NO WAY !)

Quand je m’étais retrouvée face à cette encolure distendue, j’avais appelé ma prof de modélisme en panique qui m’avait conseillé, à l’époque, de tout découdre et de passer un coup de fer sur celle ci, ce qui, peut être, lui permettrait de récupérer sa forme initiale. Et que dans le cas échéant, je pouvais toujours tenter de réduire le surplus en posant un morceau d’élastique transparent. Si pour la robe Nissa, le coup de fer avait suffi, ici il y avait plus de 6cms à résorber…autant vous dire que l’élastique s’imposait.

J’ai alors mesuré mon encolure, déterminé le surplus, coupé un morceau de laminette de la longueur souhaitée, et je l’ai posé, comme lorsque l’on veut froncer avec un élastique : en l’étirant doucement pendant la couture, tout en piquant au point zig zag. Et le miracle fut !

DSC_2852
Sans déconner les filles (les mecs ?), j’ai eu chaud aux miches. Je ne m’attendais pas à un résultat aussi nickel. Et c’est en voyant à quel point les jupes taillées dans le biais se sont elles aussi distendues, que j’ai compris que mon tissu n’avait vraiment, mais alors vraiment pas la moindre stabilité.

IMG_5914
Impressionnant pas vrai ?

J’ai donc du reprendre l’ourlet avec mon arrondisseur de jupe, et j’en ai profité pour réduire un peu la longueur de la robe : vous me connaissez, je les aime au dessus du genou. En tout et pour tout, j’ai raccourci les jupes de 16cms (9 pendant la découpe, et 7 lors de la reprise de l’ourlet.)

DSC_2809

DSC_2754

DSC_2745
Selon les indications, on laisse un trou au niveau de la taille pour passer le lien. Comme ma robe était entièrement montée en couture anglaise, et à l’image de Sew la Jupe, j’ai préféré coudre une boutonnière pour remplacer le trou.

DSC_2867

Et j’ai cousu une pression pour maintenir le décolleté en place.

DSC_2868
Verdict : si l’on omet le surplus de tissu que je découvre sur les photos, au niveau des coutures côtés du corsage, qui font légèrement blouser la taille et proviennent sans doute de la distension du tissu, j’aime beaucoup cette robe. Je la trouve flatteuse et féminine. Ce qui est étonnant est son confort, auquel je ne m’attendais pas du tout ! Ajoutez à ça la légèreté du crepe, j’ai vraiment l’impression de sortir de chez moi en nuisette ! 😀 Je pourrais sans doute vous en dire plus après quelques mois « d’utilisation », mais là tout de suite, je suis assez « rassurée » du résultat : j’ai eu l’impression, tout au long du projet, de foncer droit dans le mur. Alors voir un tel dénouement, honnêtement, c’est un vrai soulagement ! 😀 Et si je dois un jour refaire ce patron, j’opterai sans doute pour un tissu plus stable, comme une batiste de coton.

DSC_2836
Je vous souhaite à tous une belle fin de semaine, et prenez soin de vous ! ❤

A Bas les Chutes ! #46

Plus de deux mois sans un #ABasLesChutes par ici, c’est un record ! Il faut dire que, les enfants grandissant, la possibilité de leur créer quelque chose à partir de mes chutes se fait de plus en plus rare. Aujourd’hui vous aurez donc droit à un article un peu fourre tout, avec des chutes, des coupons dédiés, pas mal de projets…et des photos. BEAUCOUP de photos. (Je vous aurai prévenus. 😀 )

DSC_2417
Démarrons donc de manière chronologique avec les chutes de la robe Juliette : je m’étais mise en tête de couper une robe pour la puce, en pensant à celle ci, déjà cousue deux fois :


Nous sommes face à la robe 639 du Hors-Série Enfants de 2012 (37H), qui a le grand avantage de nécessiter très peu de tissu pour le corsage. Sa version de l’été dernier lui allant encore, je pars toujours sur la taille 104, en récupérant deux petits rectangles pour les jupes. Rien à froncer, mais ce n’est pas grave, pensais-je, la robe sera droite et non évasée, ça va aller ! Et c’est en la passant sur Juliette que je compris…pourquoi on ne trouvait pas de robe fourreau dans les rayons enfants des magasins.


UNE ROBE FOURREAU ?! Sur une gamine de 6 ans et demi ?? EST CE QUE TOUT VA BIEN DANS TON CERVEAU EMILIE ?!


La pauvre petite pouvait à peine marcher dans cette robe bien trop près du corps pour elle, et moi je me devais de trouver une solution fissa, pour qu’elle ne soit pas trop déçue. Le dos était entièrement fini, j’avais soigné la couture de la fente d’aisance…même les boutons avaient été posés. Et si je transformais la robe en petit haut, ça pourrait marcher ?

DSC_2413
Et ça l’a fait ! Pfiou, honneur sauf, j’ai rattrapé ma boulette !

DSC_2433
DSC_2435
DSC_2414
DSC_2421
Notez que cela aurait été dommage de mettre tout ceci à la poubelle. Sur un petit short, elle a eu plaisir à le porter, surtout durant notre escapade italienne. On passe aux chutes de la robe Diana ?

DSC_2693
Et oui, car aucune chute exploitable ni de la robe Donna, ni de la robe Catherine, toutes deux passées au millimètre près sur mon plan de coupe. De la robe Sandrine il doit me rester de quoi faire une petite pochette. Ce qui nous mène donc à mon dernier ouvrage, en jersey de coton jaune.

DSC_2703
Je me rappelle, enceinte de Tom je n’avais envie que de jaune. Sa chambre de bébé était parsemée de cette teinte, des murs aux tour de lit. Je me ruais sur le moindre body ou pyjama de cette couleur…comme si je sentais, intuitivement, que mon bébé aurait un teint lumineux et chaud, avec de belles tâches de rousseur en grandissant. Alors évidemment, il me FALLAIT lui coudre quelque chose dans ce beau jersey. Et le tee shirt Marcel d’Ikatee était parfait pour !

DSC_2709
Ce patron est un vrai couteau suisse, car il possède de nombreuses variantes, sur un grand panel de taille. Et sa version avec la découpe est parfaite pour écumer les chutes !

DSC_2697
Ici vous le voyez en 8 ans, raccourci d’1,5cm au niveau de l’ourlet. (Je vous dis pourquoi je l’ai raccourci ?)(C’était pas volontaire hein.)(J’ai coupé la pièce du dos bas sur la mauvaise pliure. En gros j’ai positionné la pliure sur les côtés. Et les côtés sur la pliure.)(Ouais ouais.)(J’ai donc du recoupé ma pièce en retirant 1,5cm pour rattraper le bas des emmanchures)(Quand vous avez besoin de rien, appelez moi, je suis là pour ça.)


BREF, si l’on omet mes bourdes légendaires, ce patron est un excellent basique pour petits garçons. Unique bémol : l’encolure est très étroite. Ici j’ai du l’agrandir d’1cm. (j’ai ensuite recoupé une bande de finition de 90% de la longueur de mon encolure).

DSC_2712
DSC_2698
Vous êtes toujours là ? On passe à la suite ?

DSC_2658
On ne cause d’aucune chute ici, mais d’un tissu qui a totalement tapé dans l’oeil de Juliette cet été, lors d’une escapade à la Plaine. Un beau jersey de coton, parsemé de coeurs, dans lequel elle a tout de suite vu une chemise de nuit. Quelques jours plus tard, elle me soumettait, très sérieuse, son croquis de commande.

IMG_5787
(Oui, je me fais payer en mots doux. ❤)

Elle voulait quelque chose de très ample et de très long. J’ai tout de suite pensé à cette chemise de nuit, la M, publiée dans le Fait Main d’Aout 2011.

IMG_5890
Aucune difficulté ici : deux coutures d’épaule, une bande à l’encolure, on monte les manches, on les ferme dans la continuité avec les côtés, 4 ourlets à l’aiguille double, et tiens moi la rampe, on ravit une petite puce. ❤

DSC_2669
J’ai mixé la taille 4 ans pour la largeur, et la taille 6 ans pour la longueur, en creusant l’encolure de 0,75cm.

DSC_2716

DSC_2674
DSC_2677
Cela va sans dire que Juliette en est folle, et a compris maintenant tout l’intérêt de m’accompagner à chaque virée tissus. 😉 (même les frères veulent venir maintenant. 😀 )

DSC_2681
DSC_2682
Allez, last but not least, on termine avec ce qui semble devenir un rituel de rentrée : la blouse d’écolier !

DSC_2735
C’est Juliette cette année qui avait besoin d’une blouse pour les travaux manuels : je n’ai pas réfléchi longtemps et opté de nouveau pour le patron de la blouse d’écolier, de Gasparine Créations.

DSC_2720
La puce la voulait ROSE : j’ai retrouvé dans le stock un coupon de cretonne fuchsia, qui a totalement fait le job. C’est elle qui a choisi la couleur des pressions Kam et du flex, ainsi que le joli motif de la princesse Belle.

DSC_2737
DSC_2736
Vous voyez ici la blouse en 8 ans : j’ai seulement raccourci les manches de 5 cms, et les élastiques pour leurs ourlets de 2cms.

DSC_2729
DSC_2728
Pfiou, on en est venu à bout ! Aux survivants de ce billet fleuve, je vous souhaite une belle semaine, et prenez soin de vous !

DSC_2726

La robe Diana

Est-ce que cela vous est déjà arrivé, d’avoir une envie si précise en couture que vous n’envisagez rien d’autre ? Que ce sera CE projet là, et aucun autre, dussiez-vous remuer ciel et terre pour le concrétiser ? C’est exactement ce qu’il s’est passé avec cette robe.

DSC_2636
Je vous avais raconté ici la découverte du jersey de coton parfait, et outre ce bleu roi, j’avais aussi commandé un jaune éclatant. Je me le réservais pour septembre, car cette couleur me sied mieux quand je suis bronzée. En rentrant de congés, je l’ai donc ressorti du stock : si au printemps je pensais en faire une Moneta, aujourd’hui je n’arrivais pas à l’imaginer autrement que comme ceci :

IMG_5464
L’obsession a démarré avec la découverte du top Alice de chez Sew Over It. Hélas, le patron n’est disponible qu’en pack de 45£, avec un autre patron et un cours sur le jersey, qui ne m’intéressaient pas du tout. Tout ceci était bien trop cher pour un simple PDF. Alors j’ai cherché, cherché…passé des heures sur des sites anglais, américains, même russes pour trouver un patron y ressemblant. Sans succès. Et c’est à ce moment là que je me suis dit que je ne perdais rien…à tenter de me le patronner moi même.

DSC_2589
Je suis partie de Wanted en taille 40, dont j’ai rallongé les lignes d’épaule de 1,5cm. J’ai redessiné la ligne d’encolure en me basant sur la profondeur de Zéphyr. J’ai raccourci le top pour qu’il soit de la même hauteur que le corsage de Moneta, en cintrant la taille jusqu’au 36. J’ai ensuite tracé une ligne à 11cms au dessus de la ligne de taille, et scinder mon devant en 2. Sur ma pièce haut, j’ai tracé une ligne entre le bas de la pièce et la pointe de mes seins. J’ai ensuite coupé cette ligne jusqu’à ma ligne de couture, et agrandi la pièce de 10cms.

Pour le dos, j’ai là aussi rallongé les lignes d’épaule d’1,5cm, retracé une encolure et coupé le corsage au niveau de celui de Moneta, en cintrant la taille jusqu’au 36. J’ai aussi dessiné un rectangle pour le noeud, repris les manches courtes de Wanted en 40 et monté une première toile.

IMG_5481
Honnêtement, pour une premier essai, j’étais vraiment ravie du résultat ! Il m’a fallu remonter le décolleté de 2cms en remontant le milieu de la pièce bas, redessiner la couture d’assemblage de la pièce haut, et agrandir d’1cm le noeud sur sa longueur. Et m’armer de courage pour la seconde toile.

IMG_5491
Et là on était bon ! Il m’a fallu ensuite tracer une bande d’encolure. Pour les jupes, j’ai repris tout simplement celles de Moneta, en taille S, raccourcies de 5cms. Au final l’assemblage fut assez rapide.

DSC_2603
DSC_2558

DSC_2555

DSC_2635
Et je suis tellement ravie de résultat ! C’est pile poil ce que j’avais en tête, et je suis super contente d’avoir osé relever le défi. C’est vrai, je ne prenais aucun risque…si ce n’est celui de réussir !

DSC_2652
La seule chose qui me chiffonne…c’est de l’avoir cousu si tard ! L’été a disparu si rapidement cette année. :/ Pour me remonter le moral j’ai d’ailleurs commandé une nouvelle couleur de ce jersey de coton, pour la dupliquer, mais manches longues cette fois ci.

DSC_2612
Verdict : féminité du décolleté + confort du jersey + couleur qui donne la pêche + taille cintrée + jupe qui danse = BINGO MON CAPITAINE ! Sans surprise, j’adore cette robe, et je suis contente de clôturer les cousettes estivales en sa compagnie. Et j’ai maintenant hâte de coudre sa petite soeur hivernale !

DSC_2620
Et pourquoi Diana ? Pour deux raisons : la première c’est qu’elle fut cousue en plein anniversaire de la mort de Lady Di, et il faut savoir que je voue un culte déraisonné à Diana Spencer (j’ai du regarder 50h de programme la concernant début septembre. 😀 )(le mari craquait dès qu’il entendait les premières notes de « Candle in the Wind » 😀 ). Et aussi parce que j’écoute beaucoup Diana Ross ces dernières semaines, dont cette chanson, qui est un peu mon café + ma vitamine C + mes endorphines de ce mois de Septembre. La robe Diana, donc. ❤

DSC_2629
Passez une belle semaine, et prenez soin de vous ! ❤